Rossi: «Viñales sera difficile à battre»

16-02-2017 10:46 Jean-Claude Schertenleib

Nos confrères italiens de gpone.com viennent de mettre en ligne une interview de Valentino Rossi, qui parle de cette journée, forcément particulière pour lui. «Etre à Philipp Island avec un temps aussi magnifique et piloter une M1 durant toute la journée, même si c’est parfois compliqué, c’est déjà un très joli cadeau», explique Rossi, le jour de son 38e anniversaire. 

Que s’est-il passé aujourd’hui?

J’ai eu un peu plus de peine par rapport à hier, spécialement cet après-midi. Ce matin, ce n’était pas mal du tout, je me sentais même plus fort que mercredi et j’avais un rythme très intéressant. Je pensais donc pouvoir améliorer sérieusement mes chronos, mais nous avons opéré quelques changements importants à la moto, et cela ne m’a pas convenu. J’ai aussi essayé de faire un long run, sans jamais parvenir à être assez rapide. Oui, j’ai souffert.

Qu’est-ce que vous recherchiez?

Améliorer le rythme, spécialement avec les pneus usés, mais j’ai beaucoup souffert avec le vent et je n’étais pas rapide. Disons que le travail de cet après-midi a été totalement inutile.

Vous avez déjà réfléchi à ce que vous allez faire demain?

Nous devons chercher une autre direction, parce que cet après-midi, je n’étais vraiment pas compétitif. L’objectif sera double: améliorer le chrono sur un tour et faire une simulation de course pour comprendre mon rythme.

Aujourd’hui, vous n’avez pas utilisé le nouveau carénage, pourquoi?

Sur ce circuit, je préfère l’ancien. C’est un tracé très particulier, très rapide et avec autant de vent, je me sens plus à l’aise avec le carénage standard. Ceci posé, je pense que, désormais, le carénage va devenir un élément important du setup: le nouveau fonctionnera bien sur certains circuits, alors que le standard sera plus efficace ailleurs.

Niveau châssis, le choix est fait ?

Je préfère le nouveau même si, demain, nous allons faire d’autres comparaisons.

Viñales se place une nouvelle fois devant tout le monde. Le moment est venu de se préoccuper?

Maverick est très rapide, il l’a été dès ses débuts avec la Yamaha, il se sent bien sur la M1. Il sera certainement difficile à battre, mais j’ai déjà connu ce genre de situations ces dernières années avec Lorenzo.

Vous l’avez suivi pendant quelques tours. Sera-ce une stratégie pratique dans le futur?

Pourquoi pas (il rigole). Nous sommes tous très jaloux quand quelqu’un essaie de nous suivre. Mais il y aura certainement des moments durant la saison où l’un de nous deux sera plus rapide que l’autre; alors, on pourra s’aider.

Stay tuned!

Rejoignez-nous sur Facebook

Jean-Claude Schertenleib

 

 

Articles recommandés :