MotoGP Maverick Viñales : « Cette saison 2017 a été la plus dure de ma carrière »

07-12-2017 07:19 GP Inside

Ce n’est rien de dire que Maverick Viñales est déçu de sa saison 2017 de MotoGP. Sa première avec une usine Yamaha au parcours tout aussi décevant. Une désillusion même si l’on en croit l’entretien que l’Espagnol a accordé à Marca. Et on peut le comprendre. Après une intersaison de feu et une entame de campagne tonitruante marquée par trois victoires, la suite n’a été que régression. Une descente aux enfers qui laissera des traces.

Maverick Viñales est un talent et c’est aussi un fort caractère. Lorsque les choses ne sont pas réunies pour le mener à une concrétisation pour laquelle il travaille à chaque instant, il ne cache pas sa frustration. Dans sa carrière, c’est ainsi qu’il a claqué la porte de Honda en Moto3 pour parier sur KTM. Un challenge réussi. En MotoGP, en arrivant aux côtés de Rossi chez Yamaha après une bonne formation chez Suzuki, le défi semblait moins grand. Et pourtant…

Viñales visait clairement autre chose qu’une troisième place au championnat cette année. Soit une de mieux que l’exercice précédent avec la Suzuki. Pire, le Champion du Monde de Moto3 sort épuisé d’une saison compliquée : « j’ai vécu l’année mentalement la plus dure de ma carrière et je termine bien plus fatigué que d’habitude cette saison. Mais c’est une leçon et ça vous endurcit le caractère, et c’est finalement le plus important ».

Sur ses déceptions, il poursuit : « j’ai toujours été sincère et franc et l’année prochaine, je vais apprendre à moins parler. Pour le reste, j’ai toujours piloté de la même façon, comme lorsque j’ai pris la moto pour la première fois ». Et comme nous ne sommes pas encore en 2018, Viñales s’épanche encore un peu… « Lors de beaucoup de Grands Prix nous avons été incapables de choisir les bons pneus. J’étais aussi libre de choisir les châssis et les motos que je voulais, si bien que l’on s’est perdu. Chez Suzuki, ils savaient ce qu’ils voulaient à tout moment et c’était primordial ».

Il termine : « la motivation baisse lorsque vous constatez que vous donnez tout ce que vous pouvez mais que vous ne pouvez pas revenir à votre niveau de performance du début de saison. Il faut que je fasse plus confiance à mes sensations sur la moto et moins prendre en compte ce qui se passe autour de moi ».

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

GP Inside

 

 

Articles recommandés :