#GermanGP : Schrötter, fer de lance d'un pays

11-07-2018 08:00 Ted Tars

Marcel Schrötter est le pilote le mieux classé en Allemagne après le retrait (temporaire ?) de Jonas Folger. Ce week-end, il visera un premier podium devant ses fans.

Cette saison MotoGP est la première sans la présence d'un pilote allemand en catégorie reine depuis 2011. Arrivé en 2012 suite à son titre de champion du monde Moto2, Stefan Bradl avait porté les couleurs germaniques au plus haut niveau de la compétiton moto pendant cinq saisons. L'an dernier, Bradl parti en mondial Superbike, Jonas Folger avait pris le relais en signant chez Tech3 Yamaha. Mais comme vous le savez, il a déclaré forfait au cours de l'hiver 2018.

Il n'y a, en conséquence, deux pilotes représentants de l'Allemagne en championnat du monde cette année, et ce en dépit de la présence de cinq équipes (Redox Prüstel, Leopard, Südmetal Schedl, Kiefer, Dynavolt) qui font rouler huit machines. En Moto3, Philipp Oettl a décroché en Espagne le premier succès de sa carrière, à la surprise générale. Il pointe actuellement treizième au classement général.

Dans la catégorie supérieure, Marcel Schrötter tente tant bien que mal de prendre la relève de Jonas Folger, alors que son compatriote Sandro Cortese a dû partir en Supersport (il en est pour l'instant le leader). Et Schrötter s'en sort pour l'instant plutôt bien.

Dixième au classement provisoire, le pilote Dynavolt réalise en effet le meilleur début de saison de sa carrière. Avec 50 points au compteur à l'issue des huit premiers Grands Prix, il a déjà marqué autant d'unités que sur l'ensemble de la saison 2017. Son record, de 80 points quand il était chez Tech3 (2014), devrait logiquement être battu, d'autant plus qu'il y a désormais dix-neuf étapes au calendrier.

Mais l'Allemand rêve, en secret, d'autre chose : un premier podium. Voilà en effet 147 courses qu'il court après une place dans les trois premiers, lui qui a déjà terminé à plusieurs reprises dans le top-5. Cette année, il a franchi l'arrivée au quatrième rang en France, en Catalogne et aux Pays-Bas. Parfois à moins d'une seconde du podium, comme à Montmelo. Et si c'était pour ce week-end, au Sachsenring, devant son public national ?

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Ted Tars

 

 

Articles recommandés :