Essais fructueux à la soufflerie de Genève pour Dominique Aegerter et Tom Luthi.

04-12-2014 12:30 ExclusifPhotosMarc Seriau

Comme en début d'année 2014, le team Technomag-CarXpert, ou plutôt les teams Technomag-Interwetten & Derendinger-Interwetten, ont procédé à deux grosses journées d'essais dans la soufflerie de l'HEPIA (Haute Ecole du Paysage, d'Ingéniérie, et d'Architecture de Genève) à Genève.

Le bernois Tom Luthi s'est prêté au jeu d'Eole le lundi, tandis que Dominique Aegerter s'y est adonné le jour suivant, le tout sous l'œil expert et passionné du Professeur Patrick Haas qui dirige le CMEFE (Groupe de compétences en mécaniques des fluides et procédés énergétiques).

La notoriété de Tom Luthi, champion du monde 125cc en 2005, avait déplacé une bonne dizaine de journalistes de presse écrite et télévisée sous le pont Butin, mais cela n'a pas empêché le Professeur Haas de pouvoir concilier explications médiatiques et séances de travail effectives, avant d'accueillir plusieurs centaines de passionnés ayant fait le déplacement.

Au final, les équipes de la structure suisse dirigée par Fred Corminboeuf sont enchantées du travail réalisé malgré, ou à cause, du passage des Suter aux Kalex.

Matthieu Grodecoeur, ingénieur Technomag-Interwetten: "Nous avons commencé par les choses basiques, comme adapter au mieux l'aérodynamique de nos pilotes sur la moto en comparant plusieurs positions, différentes bulles et équipements. Optimiser était également important pour faire en sorte que nos deux pilotes présents aient la même aérodynamique et qu'il n'y en ait pas un qui soit plus avantagé que l'autre.

A ce titre, les équipementiers de Dominique (Araï, IXS) ont fait un gros effort en fournissant, par exemple, plusieurs cuirs avec des bosses différentes et différemment positionnées. A la fin de ces essais, Dominique avait atteint les performances de Tom qui, lui, utilise Shoeï et Alpinestar, un très bon package d'origine.

Une fois les deux pilotes mis sur un pied d'égalité, nous avons essayés différentes petites choses  plus confidentielles mais qui se sont révélées extrêmement intéressantes.
Ce que l'on peut vous dire, c'est que, dans une soufflerie, une Kalex d'origine est aérodynamiquement très très très proche d'une Suter standart. En travaillant sur la Suter dans le passé, nous étions arrivé à des résultats plus ou moins intéressants, mais en travaillant sur la Kalex, on arrive à des résultats terriblement intéressants. La possibilité d'amélioration est beaucoup plus grande. Donc aujourd'hui, on a atteint des niveaux beaucoup plus bas que ce qu'on avait atteint avec la Suter. Est-ce dû aux motos où au fait que nous avons plus d'expérience dans ce domaine, puisque nous en sommes à notre cinquième journée de soufflerie? Sans doute un peu des deux.

Le rôle du Professeur Patrick Haas est également primordial puisque, outre son énergie et son savoir-faire qui nous font progresser assez vite, il a été décidé d'effectuer une numérisation totale de la moto en 3D pour pouvoir faire ensuite du calcul d'éléments finis (CFD) pendant la saison afin de vraiment comprendre pourquoi nous avons bien progressé puis, évidemment, pouvoir trouver de nouvelles pistes d'améliorations. L'avantage, c'est que tout cela fera partie d'un projet pédagogique dans le cadre de l'HEPIA et que les différents groupes de travaux seront forcément motivés et auront probablement une vision différente de la-nôtre, ce qui ne peut qu'enrichir notre expérience.

En attendant, après les pièces de maquettage utilisées, nous fabriquerons des pièces "roulables" pour étalonner et valider en piste les résultats obtenus en soufflerie. Une fois cela fait, nous prévoyons de nouvelles séances de travail au mois de mars, avec les pièces définitives." 

Photos: Facebook de Tom Luthi.

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter

Marc Seriau

 

 

Articles recommandés :