Jorge Lorenzo, l'homme du Qatar?

Tout en restant relativement discret lors de Sepang1, Jorge Lorenzo a soigné son début de saison et terminé second sur la piste plus lente de Sepang2.

Avant de s’embarquer pour le Qatar, il a fait le point avec Miguel Angel Garcia (Marca) avec sa franchise habituelle.

Jorge Lorenzo: « Plus qu’une obsession, c’était une chose que je savais devoir améliorer. Que ce soit par dérapage ou à cause des opérations de l’hiver 2014, j’ai commencé l’année avec une assez mauvaise condition physique. Cela m’a beaucoup coûté au niveau des points, des résultats et du reste. J’ai appris la leçon et je ne vais pas recommencer à la répéter. Je ne suis pas passé au bloc opératoire et j’ai commencé à m’entraîner très en avance, donc j’ai une très bonne condition physique. »

Le bonhomme est au top, mais la moto, comment était-elle en Malaisie?

Jorge Lorenzo: « C’était la meilleur Yamaha que j’ai pilotée, mais, malheureusement, nous ne courons pas seuls. Ce serait beaucoup plus facile. Nous courons contre d’autres usines dont une très forte, qui est Honda. Il est toujours très compliqué de les battre. Au cours des 25 dernières années Yamaha a réussi à les battre, ce qui montre que ce n’est pas impossible. Nous allons essayer de le faire. »

Le mental?

 Jorge Lorenzo: « La condition mentale est une combinaison de te voir fort physiquement et de te voir fort sur la piste. Si tu vois que tu ne te fatigues pas, que tu as toujours de l’énergie et qu’en plus les chronos arrivent, tu es psychologiquement fort. Après, les moments mauvais arriveront et c’est alors que se démontre la force mentale. »

Marc Marquez?

Jorge Lorenzo: « Il est clair que Marc essaie de plus forcer sa moto, de prendre plus de risques. Cela a des côtés positifs et négatifs. Il a plus de chances de commettre des erreurs qu’un pilotage plus propre, comme le mien. »

Le pilote majorquin apparaît donc assez calme et serein, et représentera sans nul doute une forte opposition au champion du monde en titre, et ce dès le Qatar, piste où les Yamaha sont plus à l’aise qu’en Malaisie.
Après, pour le championnat, il reste néanmoins encore une grosse interrogation à propos de sa vitesse sur piste semi-sèche, comme on l’a vu à Valence l’année dernière… 

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de