Andrea Iannone le chasseur…



En Italie, on aime les comparaisons et les journalistes aiment s’emporter à la première occasion. Quand nous nous sommes retrouvés à la présentation de Speedmaster, j’apprenais que la presse italienne se laissait aller à comparer Andrea Iannone à Valentino Rossi.

Le fait que Uccio Salucci, le second de Rossi, soit impliqué dans le projet n’est certainement pas étranger à ces comparaisons et même si Iannone s’est empressé de les balayer d’un revers de la main, force est de constater que sa belle remontée sur le circuit d’Estoril, n’était pas sans rappeler celle du nonuple champion du monde à Sepang en 2010.

Le rythme de l’Italien était aujourd’hui encore impressionnant. Parti de la quatorzième place et seizième après le premier virage, le pilote Speedmaster a aligné les chronos et éliminé ses adversaires un par un jusqu’à prendre la tête de la course. Malheureusement pour lui, sa joie n’aura été que de courte durée puisqu’un petit tour plus tard, dans le gauche droite fatal à plusieurs pilotes, un freinage un peu tardif l’a obligé à sortir de la trajectoire et la piste sale n’a eu aucune pitié pour l’Abruzzais. Reparti en treizième position, il finit la journée avec treize points de retard sur Stefan Bradl, nouveau leader de la catégorie.

Andrea Iannone : « Je suis évidemment déçu de la manière dont la course s’est terminée. Nous étions vraiment très bien, mais le fait d’être parti de si loin et d’avoir dû remonter ne nous a pas aidé. Estoril est un circuit où il n’est pas facile de dépasser et j’étais un peu en difficulté même en ligne droite : malgré le fait que la moto était rapide, je perdais à l’accélération. Si j’avais pu me qualifier mieux, il aurait été possible de piloter plus tranquillement et d’abimer moins les gommes. J’espère vraiment que lors de la prochaine course je serai meilleur en qualification pour enfin partir d’une meilleure position. Maintenant nous devons attendre la prochaine course et donner notre maximum. Bradl a pris un peu d’avance au classement mais nous ne sommes encore qu’au début du championnat. C’est dommage pour cette course mais je suis content parce que nous avons démontré notre potentiel, maintenant nous devons simplement l’exploiter au maximum ».

Nous retrouverons donc Andrea Iannone dans un peu moins de deux semaines pour suivre les exploits de ce pilote qui, aujourd’hui encore, a montré que, dans une catégorie où toutes les motos sont propulsées par le même moteur, le rôle du pilote reste primordial et que six secondes d’écart (écart de Iannone par rapport à Bradl au sixième tour) n’est pas un gouffre impossible à combler.

Stay tuned !

 

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de