Qatar, jour 2, Aleix Espargaro : bonjour, vous me reconnaissez?

L’homme qui, l’année dernière, avait mis le feu au Qatar en réalisant le meilleur temps de la FP1 et conclu le Grand Prix en 4ème position au guidon de sa Yamaha-Forward, aimerait sans doute rééditer l’exploit au guidon de sa tant désirée Suzuki Factory.

Et, du moins pour le moment et contre toute attente à cause d’un chronique manque de puissance, il ne semble pas impossible qu’il soit en mesure d’y parvenir, en utilisant partiellement les mêmes recettes, à savoir un pneu plus tendre en qualification.

Après une troisième place en FP1, des problèmes d’embrayage en FP2 et une quatrième place en FP3, c’est bien tout le mal que l’on souhaite à cette jeune équipe qui doit rendre compétitive une toute nouvelle moto, le 4 cylindres actuel n’ayant rien à voir avec l’ancienne GSV-R.

Aleix Espargaro« La journée a été positive. À la première séance, nous avons amélioré le contrôle de traction et mon feeling avec la moto s’est de plus en plus amélioré. Aussi à la deuxième session, nous avons travaillé pour finaliser les réglages et cela nous a complètement satisfaits. Nous n’avons pas pu effectuer les simulations que nous souhaitions car nous avons rencontré quelques petits problèmes en FP2 qui ont retardé notre travail, mais, à la fin, j’ai réussi à faire un très bon tour rapide. Je me sens confiant avec tous les pneus, ce qui est important pour la qualification et pour la course. Maintenant, nous devons un peu améliorer le ressenti avec le train avant et , je l’espère, valider notre rythme de course potentiel, tout en en essayant de faire un tour plus rapide en qualification pour voir où nous pouvons être sur la grille de départ. »

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de

Nouvelles Applications

Disponible sur Google Play
Disponible sur Apple App Store

Facebook