Qatar : Jorge Lorenzo fait casquer HJC

Dans ce Grand de Qatar de folie, Jorge Lorenzo semblait, jusqu’au dernier tiers de la course, l’homme fort du quatuor révélant un duel à couteaux tirés entre Ducati et Yamaha pour la victoire finale. Puis il s’est progressivement éteint, et on a d’abord mis cette conjoncture sur le compte d’un choix de pneu avant différent de celui d’un équipier Valentino Rossi superbe vainqueur. Finalement quatrième, et déçu, « Por Fuera » a expliqué les raisons de ce qui reste une défaite. Qu’on se le dise, Yamaha et lui n’y sont pour rien, pas plus que Bridgestone. HJC, en revanche… 

Il est rare que dans le monde policé du MotoGP on écorne un partenaire. Pour ce faire, il faut donc que l’agacement soit à son comble et que l’on ait les épaules solides pour assumer son mécontentement. C’est tout à fait la cas du double champion du monde Jorge Lorenzo, frustré de n’avoir pu défendre ses chances à Losail à cause de son casque : « la mousse intérieure qui couvre mon casque s’est mise à glisser. Je menais alors la course. On était à sept ou huit tours de la fin » explique le double champion du monde Yamaha. « Dovi venait de me dépasser. Et c’était parce que je ne voyais plus rien. Je roulais alors en 1’55.9. Avec cet incident, mes chronos sont tombés en 1’56.3 et 4. Je ne pouvais plus voir les virages normalement, j’étais déconcentré, je ne pilotais plus comme je le voulais. Je perdais une demi-seconde à chaque tour. » 

Clairement, voilà l’enseigne HJC mise sur la sellette. Il faut dire que Jorge Lorenzo n’en est pas à sa première mauvaise expérience. Il a déjà connu les affres d’une visière embuée et autres problèmes aérodynamiques. De son temps, Ben Spies a aussi vécu des moments difficiles sur la piste avec son casque. Fâcheux, et ce d’autant plus qu’avec un bon couvre-chef, Jorge Lorenzo assure qu’il aurait joué sa carte jusqu’au drapeau à damiers : « j’ai dû ralentir pour ne pas risquer l’accident. Je ne voyais pas assez. En vitesse de pointe et sur les freinages, la Ducati nous était supérieure, mais on se rattrapait dans les virages alors que l’accélération était similaire. Franchement, je pensais pouvoir gagner la course, je me sentais de mieux en mieux. Pas facilement, certes, car Valentino était très fort, surtout à la fin. » 

«  On a bien travaillé sur les réglages et la moto allait bien. J’ai été en revanche surpris par le rythme des Honda. Elles avaient tout pour faire bien mieux. Or Dani était anormalement lent et Marquez, bien que rapide, n’était pas impressionnant. Je ne sais pas ce qui leur est arrivé. » Hélas, pour Dani, maintenant, on sait… 

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter


 

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de