Edwards a connu de graves problèmes de chattering à Sepang



Colin Edwards arrivait confiant à Sepang car il pensait pouvoir respecter le planning fixé par l’équipe et tourner, lors du troisième jour dans des chronos approchant les 2.02, 2.03.

Il repart de la Malaisie avec un meilleur chrono en 2.04.772, soit 5.115 secondes moins rapide que le temps de Casey Stoner, en cause, un gros problème de chattering.

« Après le premier jour nous avons réalisé que nous avions un grave problème de chattering et qu’il allait falloir travailler dur. L’électronique de Jerez s’est beaucoup améliorée, les gars de chez Bosch ont fait un excellent travail. Je suis satisfait. Ce n’était certainement pas facile d’aller sur cette piste après ce qui s’est passé avec Marco il y a quelques mois. Pendant le premier tour, j’ai également ralenti au virage 11, une forme de respect envers lui. Mais ensuite, il y avait du travail et je me suis concentré exclusivement sur le développement de la moto.

Je pensais vraiment qu’avec trois jours d’essais, tourner en 2.02, 2.03, aurait été possible, mais je ne m’attendais pas à ce problème de chattering. En fin de compte, nous avons terminé en 2.04, mais sans ce problème, nous aurions atteint l’objectif visé, nous devons donc simplement revenir en piste et le résoudre. Nous avons plusieurs idées et beaucoup de travail programmé.

Nous avons probablement essayé plus de composants ici, en deux jours, que dans toute ma carrière avec Yamaha ».

Toute l’équipe a fourni un gros travail entre les derniers essais à Jerez et cette salve d’essais, mais il reste malgré tout énormément de travail sur cette moto. Ce qui n’est pas pour déplaire à un Colin Edwards pleinement remotivé par le challenge de la CRT.  

« Au niveau de la moto, la version 2012 possède un châssis totalement différent ainsi qu’un bras oscillant et son moteur est excellent grâce à BMW. L’équipe en charge de l’électronique est en train de gérer la puissance. Une chose est d’avoir une moto rapide, une autre est de savoir comment la piloter pendant 20 tours. Nous jouons beaucoup avec l’électronique afin d’éliminer le chattering, qui, avec les nouveaux Bridgestone, est plus fort qu’à Jerez.

Quoi qu’il en soit, il s’agit d’une belle aventure cette CRT, parce que vous pouvez développer quelque chose et ne pas être simplement un parmi les autres. Nous construisons quelque chose ensemble et c’est une grande émotion d’être en mesure de développer une moto exactement comme je le veux. Je suis très heureux. »

Stay tuned !

 

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires