Qatar : Suzuki marque ses premiers points

Absente des saisons de Grand Prix depuis 2011, la marque Suzuki a inauguré sa première campagne complète depuis quatre ans lors d’un Grand Prix du Qatar instructif. Le constructeur d’Hamamatsu peut ainsi se féliciter d’avoir trouvé de la fiabilité sur une GSC-RR qui, cependant, manque encore et toujours de puissance. Le coup chronométrique d’une troisième séance d’essais libres terminées à la quatrième position n’aura été qu’une illusion pour un Aleix Espargaro très vite ramené à la réalité. Ce dernier visait une septième place finale et il devra se contenter de la onzième. Pendant ce temps, le débutant de 19 ans Maverick Vinales ramenait les deux points du quatorzième rang… après avoir fait la course sans contrôle de traction ! 

Une sorte d’exploit pour le décidément très prometteur champion du monde de Moto3 millésime 2013 : « cette course a été une expérience incroyable » raconte l’espoir Espagnol qui a fini, dans ces conditions, à 14 secondes de son équipier. « Rouler avec les ténors du MotoGP a été quelque chose de fabuleux. Je suis très heureux. Très tôt cependant, je me suis retrouvé avec des problèmes d’électronique et j’ai perdu mon contrôle de traction. Je n’avais donc plus qu’à faire confiance à la sensibilité de mon poignet droit. La moto ne marchait pas si mal alors j’ai continué comme ça et finalement, je ramène deux points. Marquer était notre priorité alors l’objectif est atteint. Nous savons où il nous faut encore progresser. Nous serons meilleurs lors de la prochaine course. » 

Une progression identifiée du côté d’un moteur encore un peu faible en puissance. Un handicap qui a agacé un Aleix Espargaro impuissant dans la longue ligne droite de Losail : « je ne peux pas dire que je sois satisfait de mon résultat » a commenté celui qui regrettait le 23ème vitesse de pointe d’un plateau composé de 25 motos. « Onzième, c’est l’une de mes plus mauvaises places prise l’an dernier. Je m’attendais à finir plus haut dans le classement. On a eu des soucis sur la moto, mais nous savons tous que notre principale préoccupation est la puissance moteur. J’ai roulé toute la course avec mon frère Pol et Smith et j’étais incapable de les suivre sur la ligne droite. Les ingénieurs travaillent dur au Japon, mais il nous faut plus de puissance. Sans ça, ce sera très difficile d’être devant. Nous sommes concentrés sur cette progression. Ceci dit, pour une première après des années de retrait, les deux motos sont à l’arrivée et nous marquons des points, ce qui était le but fixé. » Après 22 tours de course, la GSX-RR d’Aleix Espargaro termine à 19.9s du vainqueur. Pas si mal, mais le niveau global s’est aussi sérieusement resserré. 

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter

Source: crash.net


 

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de