Dovizioso : « quand je suis rentré au box à Sepang, j’ai dit à Gigi : « la moto tourne ! »



Si aujourd’hui Andrea Dovizioso peut lever les bras au ciel sur une Ducati, il le doit d’abord à sa ténacité et sa patience mais ensuite aussi à l’incroyable talent de Gigi Dall’Igna.

Débarqué en novembre 2013 de chez Aprilia, l’ingénieur avait devant lui un chantier énorme et une équipe entière à fédérer autour de sa personne.

Pas à pas, en respectant le plan qu’il avait annoncé depuis le début, il a observé, étudié et scruté les moindres détails qui lui ont permis, en une seule fois, de sortir une moto qui, dès sa première course, a vu ses deux pilotes grimper sur le podium.

C’est d’ailleurs ici le moment où nous, l’ensemble de la rédaction, nous nous unissons pour lui exprimer toute notre admiration.

De son côté, Andrea Dovizioso, à l’inverse d’un Cal Crutchlow, a su ronger son frein et passer au-dessus de ses frustrations pendant deux saisons. Grand bien lui en a pris puisqu’aujourd’hui, son talent semble enfin consacré. Il ne lui a d’ailleurs pas fallu bien longtemps pour comprendre qu’il avait misé sur le bon cheval.     

« La saison 2013 a vraiment été difficile, tandis que l’année dernière les améliorations sont arrivées, même si nous ne parvenions pas à les exprimer en course. Dall’Igna a été bon, il est venu sans préjugé, il a réussi à gagner le respect de tous et à faire travailler ensemble des dizaines d’ingénieurs. Avec Riccardo Savin, le responsable châssis qui est arrivé en même temps que lui de chez Aprilia, ils ont fait un excellent travail. Je l’ai compris dès le premier tour à Sepang sur la GP15. Quand je suis rentré au box, je lui ai dit : la moto tourne! Et dire qu’avant de l’essayer j’étais nerveux, je ne suis pas quelqu’un qui croit aux miracles, mais la piloter m’a détendu ».

Pourtant, malgré les bons résultats, l’Italien veut garder la tête froide et ne pas s’emporter prématurément.

« Pour penser au titre, il faut attendre cinq ou six courses car nous ne connaissons pas cette moto, ensuite nous parlerons. Pour le moment j’essaye seulement de prendre le maximum de points possible. Je pense que nous serons aussi compétitifs à Austin et les deux litres d’essence perdus ne seront pas un problème ».

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Source : GPOne

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de