Didier de Radiguès sur le super boulot de Xavier Siméon et de Zarco : l’homme à battre !



Après la première course de la saison à Losail, personne ne nous taxera de chauvinisme si nous disons que notre fibre belge nous a fait rougir de plaisir en voyant Xavier Siméon grimper sur la seconde marche du premier podium de la saison et que notre fibre française nous pousse à dire que sans souci technique, Zarco aurait gagné le Grand Prix sans l’ombre d’un doute.

Du gros travail donc de la part de ces deux pilotes qui, l’un comme l’autre, après une saison 2014 pas simple, devaient retrouver de la confiance pour enfin laisser éclater leur talent.

Avant de refermer ce chapitre et d’en ouvrir un autre à l’occasion du Grand Prix des Amériques, nous sommes revenus sur les évènements de la semaine dernière en compagnie de Didier de Radiguès.

GP-Inside : Didier, qu’as-tu pensé du week-end de Xavier ?      

Didier de Radiguès : Je ne vois évidemment que du positif dans la course. C’est vrai qu’en qualification, il était à 8 dixièmes mais il était sixième et se retrouver sur les deux premières lignes c’est parfait. Huit dixièmes c’était un peu loin mais au warm-up, il s’est rapproché et on a compris qu’avec son équipe, ils avaient drôlement bien bossé. Il faut donc probablement encore un peu travailler sur la qualification. En revanche, en course, je trouve qu’il a admirablement géré une situation qui était loin d’être évidente puisqu’il était coincé entre deux groupes. Il a fait ce qu’il devait faire et ensuite, il a profité des faits de course pour gagner une place. La chance tourne enfin et ça fait vraiment plaisir.

GPi : Il était certes un peu loin à l’issue des qualifications mais quelque part, n’est-ce pas aussi dû au fait qu’ils n’ont pas su rouler énormément avec la Kalex alors qu’il devait se la réapproprier ?     

DdR : Tout à fait et puis, j’ai même envie d’aller plus loin en disant que l’objectif des premiers Grand Prix n’était pas le podium. Il avait pour mission de continuer à se reconstruire, à retrouver la confiance et à progresser. Bien entendu, dans l’absolu c’est génial mais ce n’est pas ce qu’on visait. Cette seconde place on peut la voir comme un énorme bonus. On savait que les essais du début de saison ont été insuffisants en raison notamment de la pluie et pourtant, il réalise le quatrième temps en course. Ils ont travaillé et ça a payé. Ils ont déjà trouvé les bons réglages et comme Xavier l’a dit, mis à part un léger souci de dribbling dû au fait que son pneu à légèrement glissé sur la jante, sa moto était parfaite. Du très très bon travail.

GPi : Zarco est l’homme à battre ?

Oui, pour moi c’est le grand favori du Championnat ! Lowes est rapide mais je pense qu’il n’est pas assez constant pour s’imposer sur la longueur d’un Championnat. Le Français était le plus rapide, il a dominé. Il a pris l’avantage en début de course et puis il a géré. Folger et Siméon étaient rapides mais le trou était fait et il a géré son avance.

GPi : Rabat ? Il n’a pas l’air d’être dans une très bonne passe ?

DdR : Pour moi, il est pareil à lui-même. Tito est un pilote qui a beaucoup travaillé pour arriver là où il est. Il a progressé par le travail et en 2014, il a réalisé la saison parfaite et je pense que pour lui, ce sera difficile de la répéter en 2015.

Cette année, Zarco est au top, avec une moto qui lui convient et une bonne équipe, même s’ils ont oublié de serrer le sélecteur (rires) et ça a tourné plus vite en course que la saison dernière. Rabat va devoir hausser le ton, en est-il capable ? A lui de nous le prouver ! Là il a pris du retard et va devoir réagir. On verra s’il nous a montré toute sa vitesse lors de l’exercice précédent.

GPi : Au final, c’est le seul Champion du Monde Moto2 qui n’est pas monté en MotoGP après son titre !

Je pense sincèrement que les Teams Manager le voient comme un pilote qui a eu besoin de beaucoup de travail pour y arriver et pour sa réputation, il a mis beaucoup de temps. Après, je ne dis pas que maintenant, il n’y est pas arrivé mais ce n’est pas un Marquez qui a débarqué en disant « bougez-vous de là que je m’y mette ». Je pense que c’est pour cette raison qu’il a eu du mal à trouver une bonne proposition en MotoGP. Mais je pense aussi que si cette saison, il est encore Champion du Monde ou qu’il montre qu’il est en mesure de gagner, il finira par avoir cette bonne proposition.     

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook 

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de