Austin : Entre Pol Espargaro et Redding c'est too fast too furious !



Les deux anciens prétendants au titre du Moto2 de la saison 2013 se sont brutalement retrouvés sur la piste d’Austin lors du dernier Grand Prix des Amériques. Une rencontre qui n’a pas été chaleureuse et qui ne promet pas une suite amicale puisque les deux hommes se sont accrochés pour le compte lors du premier tour de l’épreuve. Plus exactement, c’est Scott Redding, tout émoustillé de s’élancer d’une belle sixième position qui a joué les chiens dans un jeu de quille en manquant d’abord de peu Jorge Lorenzo pour finalement finir par terre, sa moto percutant ensuite le pilote Tech3 qui ne demandait rien. Si ce n’est des excuses. Qui ne sont venues que bien trop tard… 

Car dans un premier temps, le pilote du Marc VDS et Estrella Galicia confondus a surtout insisté sur le fait qu’il avait touché l’arrière de la moto de « Por Fuera » avant de partir à la faute. Pas un mot sur Pol Espargaro. Qui, lui, a été dithyrambique sur son rival direct d’antan : « vous êtes toujours déçu lorsque vous ne terminez pas une course mais encore plus lorsque ce n’est pas de votre fait. Je me demande encore comment cela a pu arriver. Je n’ai jamais fait un truc pareil. Pourquoi vouloir gagner la course au premier tour alors qu’il en reste encore vingt ? Si vous pensez être si bon, si talentueux, alors vous avez normalement les moyens de remonter. Comme Valentino au Qatar. Il a d’abord été dans le peloton, puis il est allé chercher la victoire. Sur Redding, je me demande encore comment il a pu faire autant d’erreurs sur un seul tour. Il a d’abord manqué Lorenzo de peu, puis dans le premier virage en accélérant il a manqué être éjecté de sa moto, au virage numéro 5 il a viré au large et au virage numéro 8 il a freiné au panneau trop tard en voulant passer mon frère Aleix. Il était évident qu’il allait tomber. » 

Puis on en vient à l’after : « il y a autre chose aussi : lorsque vous faites une erreur et que vous ruinez la course d’un autre pilote, la moindre des choses c’est d’aller le voir pour vous excuser. C’est bien le minimum. Mais là, non. Il n’en a rien eu à faire. Nous, nous avons perdu un week-end où nous avions bien travaillé et où nous pouvions faire un bon résultat. » Un débat qui s’est ensuite poursuivi sur les réseaux sociaux. Le week-end prochain, ils se retrouveront en Argentine… 

Stay tuned ! 

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter

Source: crash.net

 

 

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de