Enzo Boulom multiplie ses chances pour débarquer en Grand-Prix en 2016



Après des semaines mouvementées entre tests Rookies Cup et tests d’anglais pour le bac, Enzo Boulom s’apprête à profiter des vacances pour se reposer… Ou tout du moins pour ce qui est des épreuves scolaires, car côté moto, le jeune Français n’arrête pas une seconde afin de jouer les premières places de la RedBull Rookies Cup. Voyez plutôt !  

 

 

 

GP-Inside : Enzo, tu n’as pas pu rouler suffisamment cet hiver, mais ceci ne t’a pas empêché d’être rapidement dans le rythme lors des tests. Comment l’expliques-tu ?

Enzo Boulom : « Comme tu l’as dit, durant l’intersaison j’ai profité uniquement de roulage sur une YZF grâce à Alain Bronec et sur une Moto3 de Martial Garcia mais, dès le premier jour, on a très bien roulé et on figurait dans le haut du classement. Je pense que je me suis beaucoup plus impliqué, comparé aux autres, car j’étais très motivé et j’avais la hargne sur la moto après avoir si peu roulé cet hiver !

Je me suis également très bien préparé physiquement pendant l’intersaison mais je pense que tout le monde l’est ! J’ai notamment eu une semaine de formation avec la FFM qui m’a beaucoup aidé, notamment au niveau des exercices d’équilibre que j’ai pu reproduire chez moi.

J’ai également fait pas mal d’exercices d’assouplissement qui me permettent de bien rentrer les coudes, chose que je n’arrivais pas à faire l’an dernier. C’est parfait pour l’aérodynamisme. »

GPi : Penses-tu que cette nette progression par rapport à l’an dernier vient plutôt de toi ou de la moto ?

Enzo Boulom : « Je pense que les améliorations viennent aussi bien de la moto que de moi. Niveau réglages, on a bien progressé, notamment au niveau des virages rapides où on rencontrait des problèmes l’an dernier. On rencontre toujours ces problèmes mais je suis environ une seconde plus rapide ! Donc je dirais quand même que l’essentiel vient de moi.

Après le but lors de ces tests n’était pas de faire énormément de tours mais de régler la moto pour la course. Il faisait très très chaud et les pneus se dégradaient très vite donc j’ai préféré faire des runs assez court et en profiter pour faire plus de réglages. »

GPi : On peut dire que tu es déjà en forme ! Mais quel est ton programme afin d’être au top à Jerez ?

Enzo Boulom : « Normalement, je devais faire les tests Moto3 Junior Cup au guidon d’une Suter Honda grâce à Martial Garcia mais, malheureusement, à cause d’une concurrence de date, je n’ai pas pu y aller. Je vais donc aller m’entraîner au Vigeant et à Magny-Cours. »

GPi : On vise donc les bastons dans le groupe de tête à chaque course ?

Enzo Boulom : « Voilà c’est ça ! La victoire à chaque course comme chaque pilote, mais par rapport à l’an dernier où je visais la progression pour être repris une deuxième année, là, je devrai viser plus haut car je sais que je ne pourrai pas être repris une troisième année vu mon âge. Je veux donc faire le maximum de bons résultats et me faire repérer pour aller en Grand-Prix l’an prochain. »

GPi : En dehors de la Rookies Cup, on peut t’attendre sur d’autres courses ?

Enzo Boulom : « C’est impossible de faire uniquement la RedBull car tous les pilotes roulent à côté, notamment dans le championnat Moto3 Junior. On devrait donc faire ce championnat avec Martial Garcia. Pour le moment, nous avons une course de prévue au Mans grâce à la FFM qui me fait rouler sur une Mahindra 2014 par le biais de l’équipe CIP d’Alain Bronec.

Je devais faire le championnat de France Moto3 qui me permet de rouler sans dépenser trop d’argent mais, malheureusement, il est supprimé. On devrait normalement faire des essais sur les circuits de la RedBull avant les courses. »

GPi : Tu vas donc avoir du roulage mais sur trois motos différentes au minimum; pas de risques d’être perturbé par ces changements ?

Enzo Boulom : « Je me dis que de toute façon ça reste une Moto3 et que c’est mieux que de ne pas rouler du tout ! L’an dernier, pendant la première partie de saison, je n’avais pas de roulage entre les courses et c’était de plus en plus dur au fil de la saison. Mais, à partir de Brno, j’ai de nouveau pu avoir du roulage; il y avait une grande différence ! Même si la moto n’était pas la même, ça fait quand même du roulage. »

GPi : L’an dernier vous étiez quatre français, cette année tu seras seul. Est-ce que cela aura un quelconque impact sur tes performances ?

Enzo Boulom : « Non, je ne pense pas car il n’y avait pas énormément d’entraide avec les autres Français, hormis avec Simon Danilo quelques fois. Je pense que ça n’aura pas de grande influence sur mes résultats. »

Retrouvez également Enzo Boulom sur son blog RedBull ! 

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter

 

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de