Le 19h30 d’Hervé Poncharal : "Rock n’ Roll Crutchlow" n’a pas dit son dernier mot




A l’issue de la tournée américaine, nous avions rendez-vous avec Hervé Poncharal, Team manager de Tech3, président de l’IRTA et, depuis quelques jours, consultant pour GP-Inside.

Nous avons abordé des thèmes aussi divers que le duel dans son propre garage entre Bradley Smith et Pol Espargaro, la performance de Valentino Rossi en Argentine (à venir), le choix de pneus de Marc Marquez (à venir), la renaissance ou plutôt la naissance d’Andrea Dovizioso et le cas de ‘Rock n’ Roll’ Crutchlow.

Hervé n’étant pas vraiment avare en paroles, nous ferons durer le plaisir en divisant cette interview, qui au final, a plutôt pris la forme d’une discussion, en quatre parties étalées entre jeudi et dimanche. Le rendez-vous est donc pris.

Alors que jeudi nous vous avons entretenu sur le duel entre Smith et Espargaro et qu’hier, Hervé a rendu hommage à Andrea Dovizioso, il est maintenant temps de parler un peu du cas de Cal Crutchlow.

Pilote Tech3 pendant trois saisons, en 2014 le britannique prenait la direction de Bologne et devenait enfin pilote d’usine.

Malheureusement, il perdait patience assez tôt sur une GP14 bien différente de sa M1.

Les relations se gâtaient assez vite avec son employeur mais, qu’à cela ne tienne, il cassait son contrat et s’engageait avec LCR Honda.

Après des débuts discrets lors du premier test de Sepang, King Cal monte désormais en puissance et on en veut pour preuve son dernier dépassement sur Andrea Iannone.

GPi : Hérvé, difficile de parler de l’Argentine avec toi sans évoquer le cas de « rock n’roll Crutchlow ». Déjà que le mec nous fait marrer sans cesse sur Twitter avec son chien Hector et sa meute mais en plus, le dépassement qu’il nous met sur Iannone dans le dernier virage, c’est quelque chose ! Du grand art !

H.P. : Evidemment, j’aurais préféré qu’on soit sur le podium mais bon, je t’ai parlé de Dovi mais pour moi, ma plus belle année c’est 2012 quand j’ai eu Crutchlow et Dovizioso chez moi. C’était génial, c’était fabuleux, on faisait un podium presque chaque week-end, il y avait une belle émulation entre les deux, avec du respect. Ce qui me fait aussi plaisir, c’est que le vendredi soir du dernier Grand Prix, ils ont mangé ensemble avec les femmes. Ils ont gardé une belle relation qui s’est créée chez Tech3 et qui a certainement continué chez Ducati. C’est évident que je suis content pour Cal parce que depuis qu’il nous a quittés, ça n’a pas été facile.

GPi : Il le voulait son statut de pilote d’usine, mais ça ne lui a effectivement pas vraiment réussi

H.P. : Son passage chez Ducati n’a été pas loin d’un désastre et beaucoup de gens ont remis en cause son potentiel. « Il est fini Crutchlow », moi je l’ai entendu.

GPi : Mais une fois de plus, il retombe sur ses pattes !

H.P. : Les premiers essais sur la Honda, c’est là que tu vois qu’il est malin, il savait qu’il ne fallait pas qu’il tombe. La Honda est très différente de la Ducati, donc aux premiers essais, il était loin mais il ne s’est pas focalisé sur le chrono. Il disait « je serai là au moment voulu » et certains ripostaient en considérant qu’il avait la grosse tête. Mais il a bien géré son apprentissage de la Honda, il a bien géré son immersion chez LCR.

GPi : Chez LCR où il a trouvé un autre ancien de chez Tech3 et lui aussi désormais consultant pour GPInside, Christophe Bourguignon…

H.P. : J’ai énormément de respect pour Christophe Bourguignon et je pense qu’il est vraiment bien avec lui car c’est un mec génial, qui est aussi certainement remotivé par le fait de bosser avec Cal.

Tu me parlais de son dépassement…un truc magnifique ! C’est génial, il y avait un trou de souris, il a plongé dedans et là, comme Rossi avec Marquez, il a estomaqué Ianone.

Or, Iannone, c’est un gars au sang chaud qui fait des dépassements incroyables, et là, boum, le vieux, entre guillemets, lui plante une banderille! Le vieux Rossi en a planté une sur Marquez et pour le podium le vieux Crutchlow a fait la même chose sur Iannone. La vieille génération n’a pas dit son dernier mot avec, en Argentine, deux « vieux » sur le podium. 

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook     

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de

Facebook

Applications

Disponible sur Google Play
Disponible sur Apple App Store