Andrea Dovizioso : « le talent de Marquez masque certaines limites de la Honda »



Au Mans, sur les quatre RC213V engagées, seule celle de Marquez n’aura pas goûté au bitume français. En effet, Pedrosa (même s’il repartait), Crutchlow et Redding abîmaient tous les trois leur cuir en perdant le train avant de leur moto. Quand à Marquez, il était visiblement en difficulté, contraint à se battre pour la 4ème place, à près de 202 secondes de Jorge Lorenzo.

La cause avancée par les techniciens de chez Honda serait l’augmentation significative des températures par rapport à celle qui prévalaient lors des sessions du vendredi et du samedi.

Mais le mal est sans doute plus profond car la liste des excuses est déjà longue, depuis le début de saison; erreur au départ au Qatar, mauvais choix de pneus en Argentine, doigt fracturé à Jerez et hausse des températures au Mans.

De fait, la crise couve chez Honda et l’absence de Pedrosa n’a certainement rien arrangé.

Marquez incrimine sa machine : « Il faut travailler car il y a beaucoup de petits problèmes à résoudre. Des problèmes qui, sur un seul tour, ne provoquent pas trop de désagréments, mais qui, sur la distance de la course sont handicapants».  

Le HRC incrimine son pilote : « Attendons avant de parler de crise technique, c’était juste une mauvaise journée. La Honda a un bon potentiel, sans son erreur au départ au Qatar, un mauvais choix de pneus en Argentine et son doigt fracturé à Jerez, Marquez aurait pu se battre pour la victoire à chaque course. Notre moto a encore un bon potentiel et les bons résultats de Crutchlow en sont la preuve ».

Pour Dovizioso, un ancien de la maison, la balance penche clairement en faveur du pilote Honda puisque pour lui, c’est Marquez qui a sauvé sa machine depuis la saison dernière. « Je pense que le talent de Marc masque certaines des limites de la Honda parce qu’il est le seul qui soit capable d’aller vite avec cette moto. C’était déjà comme ça l’année dernière. Je ne pense pas que, pour le moment, la Honda ait un équilibre parfait ».

Fin de saison dernière, on disait de la version 2015 de la RC213V qu’elle était mal née. On était tous incrédules et lors des tests hivernaux, les performances de Marquez ont fait oublier cette rumeur.

Mais quelles conclusions peut-on tirer d’un test ? Que sur un tour ou une brève séquence de tours, la machine fonctionne bien ce qui, au final, rencontre peut-être les propos de Marquez quand il parle de « problèmes qui, sur un seul tour, ne provoquent pas trop de désagréments, mais qui, sur la distance de la course sont handicapants ».

Peut-on penser, comme Dovizioso, que la saison dernière Marquez masquait les problèmes de sa machine  et que, coupler à l’adaptation difficile de la Yamaha aux gommes proposées par Bridgestone, ça permettait de penser que techniquement, Honda archi dominait la concurrence ?

C’est peut-être vrai mais on est aussi en droit de se demander si, malgré le fait qu’il soit un phénomène, l’Espagnol ait été en mesure de planter dix roses d’affilée avec une machine défaillante.

Après, comme le soulignait un jour Carlo Pernat et il n’avait peut-être pas tort, pour comprendre le potentiel d’une moto, il ne faut pas se référer aux performances du premier pilote mais bien du second et, en 2014, force est de constater qu’elles n’étaient pas si mauvaise pour Pedrosa avec une seule victoire, certes, mais avec tout de même dix podiums.

Quelle conclusion tirer de tout ça ? Peut-être dire qu’au lendemain du Grand Prix d’Argentine Livio Suppo déclarait : « que veux-tu que je te dise, c’est la course. Vale est le seul a bien faire travailler l’extra-dur, donc je ne pense pas que nous ayons raté le choix de la gomme » (lire ici) et qu’aujourd’hui, il déclare : « sans un mauvais choix de pneus en Argentine […] Marquez aurait pu se battre pour la victoire […] » et que donc, lorsqu’on commence à cafouiller et à se contredire au moment de se justifier, c’est qu’on ne sait peut-être plus comment s’en sortir pour justifier ses errances. Chacun se fera sa propre idée et surtout, comme toujours, c’est la piste qui apportera les réponses car sur la distance de la course, rien ne se cache, tout ne fait que s’étaler !

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de