Les exclus GPI, Christophe Bourguignon : « Randy de Puniet a une belle carte à jouer chez Aspar »



Dans une première partie de l’interview consacrée à Christophe Bourguignon, l’ingénieur en chef de LCR, nous évoquions avec lui, l’échec de Toni Elias et l’arrivée de Stefan Bradl.

Dans cette seconde partie, nous ne pouvions manquer d’évoquer le cas Randy de Puniet avec qui le technicien belge est passé de Kawasaki à LCR et avec qui, au fil des années, les deux hommes ont noué une réelle relation amicale.

Après avoir  espéré un retour du Français au sein de la structure de Lucio Cecchinello,  nous avons voulu savoir quel était son sentiment sur le dénouement d’un des feuilletons de l’été.

« Randy, c’est avant tout un tout bon ami et c’est certain que j’ai ressenti une petite déception quand j’ai su qu’il ne nous rejoindrait pas. Cette déception est aussi celle du sentiment du travail inachevé.

Il est arrivé en MotoGP sur la Kawasaki et déjà là, on a fait du très bon boulot. Je pense qu’on l’a sous-estimé, qu’on ne lui a pas donné assez de crédit par rapport à ses performances.

En 2011, il a connu un début de saison difficile mais surtout en raison de petits ennuis techniques et par manque d’expérience avec l’équipe. Le tout sur une moto avec laquelle personne n’a eu facile.

En fin de saison, on s’est rendu compte qu’il était un des pilotes les plus rapides sur cette machine en étant parfois même plus rapide que les officiels pendant les essais.

Selon moi, c’est un pilote avec un gros potentiel alors, oui, effectivement, sportivement aussi je suis quelque peu déçu qu’il ne nous ait pas rejoints.

Je suis convaincu que nous aurions pu reproduire, au minimum, les performances de la saison 2010 et jouer une place entre la quatrième et la sixième position du général.  

Avec cette moto et son potentiel, nous aurions pu faire de l’excellent travail car il a montré à tout le monde qu’il a une belle pointe de vitesse et d’année en année, il prend de la bouteille.

Enfin, avec son engagement chez Aspar, il a retrouvé quelque peu le sourire. Il a roulé avec l’Aprilia et il commence à la comprendre. Il s’est remotivé et il va certainement tenter d’obtenir les meilleurs résultats possibles pour retrouver un meilleur guidon en 2013.

Le futur étant le CRT, il a une belle carte à jouer chez les Espagnols ».

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires