Miguel Oliveira : “j’ai crié, comme si crier pouvait me faire aller plus vite!”



L’histoire de Miguel Oliveira est un peu celle du vilain petit canard ! Intégré dans l’équipe d’Emilio Alzamora comme équipier d’Alex Rins pour sa première saison complète en Grand Prix, il s’en faisait débarquer l’année suivante, et ce malgré de bons résultats, pour faire place à Alex Marquez, le petit frère de Marc.

Boudé par les grands teams, le portugais rebondissait chez Mahindra et devenait le pilote de pointe du projet Suter-Mahindra.

Après deux saisons de bons et loyaux services où il était le seul à régulièrement tirer son épingle du jeu sur une autre machine qu’une Honda et une KTM, Aki Ajo frappait à sa porte et l’engageait au guidon d’une de ses KTM d’usine avec Binder et Hanika comme équipiers.

Il lui aura fallu 6 courses pour démontrer à son patron qu’il avait fait le bon choix puisqu’au Mugello, il s’imposait et devenait ainsi le premier pilote portugais de l’histoire à s’imposer en Grand Prix. Une émotion incroyable.

« Dimanche a été un jour historique pour le Portugal. C’est une belle satisfaction de remporter ma première course et aussi d’être le premier de mon pays à y parvenir. J’espère que mes fans ont apprécié la course et qu’ils étaient heureux parce que sans eux, rien de ça n’aurait été possible. Nous l’avons tous mérité ».

Une victoire méritée et une folle impression au moment d’aborder la dernière ligne droite en tête.

« Lorsque vous êtes sur la ligne droite d’arrivée, vous n’avez pas vraiment le temps de penser. C’était une explosion de joie et j’ai versé quelques larmes mais ça, personne ne l’a vu. En sortant du dernier virage, j’ai vu le drapeau à damier et j’ai commencé à crier pour que personne ne me passe, comme si crier pouvait me faire aller plus vite ! »

Le Portugais a mis longtemps avant de remporter sa première course mais à sa décharge, il n’a jamais vraiment été un enfant gâté du paddock. Ce n’est donc pas pour rien qu’il tenait à dédier cette victoire à son adorable papa qui, depuis le premier jour, n’a cessé de le soutenir.       

« Je dédie cette victoire au team, à KTM, à tous mes partenaires, ma famille, à tous mes fans mais surtout à mon père. Je sais ce qu’il a investi pour que je sois là aujourd’hui et je peux vous garantir que ça n’a pas été facile. Je pense que c’est le plus beau cadeau que je pouvais lui faire ».

Et puis, on a envie de penser que cette victoire est la première d’une longue série.

«C’est vrai que nous avons mis six courses avant d’obtenir notre première victoire mais nous l’avons méritée. Nous avons travaillé dur pour ça. A partir de maintenant, nous allons nous concentrer sur chaque course l’une après l’autre sans penser plus loin et en donnant le meilleur. Nous devons essayer de gagner à chaque fois que c’est possible ».

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook    

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments