Bradley Smith et Pol Espargaro vous expliquent le circuit de Catalunya. Humour britannique!



Auteur d’un très beau début de course au Mugello, Bradley Smith se lance dans le dessin du circuit de Montmelo, où aura lieu le prochain Grand Prix de Catalunya, en compagnie de son coéquipier, Pol Espargaro.

Une vidéo (disponible ici) aussi instructive que pétrie du célèbre sens de l’humour britannique.

Pour nos lecteurs non-anglophones, nous avons essayé de la traduire au mieux.

Bradley Smith: « Ok les gars, comme j’ai un très bon travail au Mugello (c’est ce qu’ils m’ont dit), je vais essayer de dessiner le circuit de la course à domicile de Pol, circuit qu’il connait si bien, et il va me dire si je le fais bien ou mal. »

Pol Espargaro: « Je vais lui mettre une terrible pression (rires). »

Bradley Smith: « Je vais faire une erreur au freinage (rires).
Ok, donc on arrive très vite en descente dans le premier virage. C’est un freinage fort et il est très facile de faire une erreur et de partir à l’extérieur. Ce premier virage est à droite , puis on tourne à gauche (ouf, ouf, je sens la pression). Donc ce secteur 1 est très important car vous avez besoin d’une bonne vitesse de pointe, de freiner tard car le secteur est déjà fini, entre les virages 2 et 3. »

Pol Espargaro: « C’est un bon freinage pour doubler. »

Bradley Smith: « Oui. Exactement. Donc, ensuite on part dans une longue courbe à droite où il est également facile de commettre une erreur, puis il y a un grand pont. Parfois, vous devez y faire attention, en particulier quand il pleut, car il y a des zones mouillées et quelques pilotes ont déjà chuté là dans le passé.  Puis ce virage est très curieux car… »

Pol Espargaro: « Sa forme n’est pas comme ça (ronde) mais comme ça (pointue). »

Bradley Smith: « Oui, vous allez à l’intérieur puis à l’extérieur puis vous revenez à l’intérieur. C’est très difficile de bien le prendre, en particulier quand le pneu arrière commence à glisser. Donc vous faites presque les 180° pour arriver au premier virage lent. »

Pol Espargaro: « Et tu sais pourquoi ce virage est spécial? »

Bradley Smith: « Non. »

Pol Espargaro: « C’est un bon virage. »

Bradley Smith: « Pourquoi, tu aimes ce virage? »

Pol Espargaro: « C’est là où il y a le Espargarins Fans Club (signes de joie). »

Bradley Smith: « Ah oui. le numéro 44 fan club. »

Pol Espargaro: « Oui, et le 41 aussi. »

Bradley Smith: « Oui, on s’en moque un peu, je suis désolé (humour). Alors en sortant de ce virage, on descend la colline et cette zone de freinage est également difficile car vous freinez sur l’angle vous devez vous éloigner avant de revenir à l’intérieur. »

Pol Espargaro: « Oui, vous freinez fort et ça vous entraîne peu à peu à l’extérieur puis vous devez revenir à l’intérieur et, à propos de l’intérieur du virage, c’est très difficile car les vibreurs sont très hauts et vous devez faire attention car parfois le pied gauche touche le vibreur, et parfois même le coude, donc vous devez relever un peu le coude car sinon vous frappez le vibreur. Donc c’est assez compliqué. »

Bradley Smith: « Oui. Ensuite, vous avez un droite en haut de la colline et c’est également un virage piégeux car vous n’en voyez pas la sortie. Donc quand vous rentrez dans le virage, vous devez vous en rappeler la forme. Et à cause de cela, c’est difficile de savoir si vous êtes trop vite ou pas assez.

Ensuite, vous arrivez à cette petite ligne droite qui vous fait rentrer dans le stadium, plus ou moins comme ça. »

Pol Espargaro: « Tu as fais une petite courbe (dans ta ligne droite) (rires). »

Bradley Smith: « Oui, oui, mais c’est un virage, car en MotoGP tu dois faire comme ça (signe d’aller à droite puis à gauche). »

Pol Espargaro: « Ah oui, tu dessines les trajectoires (rires). Je pense que c’est un bon endroit pour doubler et le dernier gros freinage pour doubler, par exemple lors du dernier tour, car l’autre pilote n’aura alors pas beaucoup de temps pour récupérer sa position. C’est un bon endroit. »

Bradley Smith: « Ok, puis nous avons une lente courbe à gauche d’un peu plus de 180°. Quand les pneus sont dégradés, ça remue beaucoup. As-tu déjà chuté ici ou… »

Pol Espargaro: « Oui, avec Marquez en 2012. Ce n’était pas très bien de chuter, merci de me le rappeler (rires). »

Bradley Smith: « Désolé. Puis nous arrivons à une longue courbe à droite qui paraît ne jamais se terminer tellement on attend dedans, puis on arrive à … »

Pol Espargaro: « Ces deux derniers virages sont vraiment magnifiques et très rapides. Je me rappelle du dernier virage où j’ai vu ce que je crois être le plus beau dépassement que je n’ai jamais vu. Valentino contre Lorenzo, dans le dernier tour; c’était magnifique.
Vous devez être rapide car après vous avez la ligne droite et si vous voulez une bonne aspiration, il faut avoir une bonne vitesse de passage dans ce virage. »

Bradley Smith: « Oui, je n’avais jamais pensé qu’il était possible de doubler dans ce dernier virage avant que Valentino ne le fasse. Ce sont de bons souvenirs.

Je crois que je n’ai pas fait du mauvais travail (en montrant son dessin). »

Pol Espargaro: « Ca ressemble à un croissant! (rires) »

Bradley Smith: « Ce n’est probablement pas le meilleur mais ce n’est pas si mal. Le record du tour est de 1.40.8 (ndlr: Dani Pedrosa, 2013). 

Tu crois qu’on peut le battre cette fois? Allez… Yes. Yes, we can! »

Pol Espargaro: « On peut aller une seconde plus vite! (rires) »

Bradley Smith: « Voilà, ce dessin est signé par moi et par mon ami dans la zone de ses fans. C’est le … non, pas le Mugello… (moment de doute) »

Pol Espargaro: « Montmelo! »

Bradley Smith: « Oui, Montmelo. »

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de