Barcelone, Assen, Sachsenring…déjà décisifs pour les rouges, les oranges et les bleus ?



Nous n’en sommes qu’au tiers de la saison mais déjà, le sentiment est que les trois dernières courses avant la pause estivale seront décisives à plus d’un égard.

Bien entendu, elles risquent de l’être pour Marc Marquez puisque s’il est clair que l’Espagnol est capable de revenir dans le coup et de s’imposer à plusieurs reprises il est clair aussi qu’avec non pas un mais les deux pilotes Yamaha en tête du Championnat du Monde, les possibilités se réduisent fortement.

Il faut désormais qu’il arrive quelque chose de type DNF aussi bien à Lorenzo (43 points d’avance), qu’à Rossi (49 points) puisque personne, si ce n’est sporadiquement les Ducati, ne semble en mesure de prendre des points chaque semaine aux pilotes d’Iwata.

Sur qui Marquez peut-il encore compter ? Pedrosa est convalescent et n’a pas d’autres motivations que celle de se faire plaisir !

Crutchlow se débrouille bien avec une moto satellite, bien mieux que ce que le faisait Bradl et Bautista, bien mieux que Redding mais que peut-il espérer ? Comme Christophe Bourguignon nous le rappelait récemment, son objectif est d’être premier pilote satellite et lorsque l’opportunité se présente, de ramener l’un ou l’autre podium à la maison.

Marquez est donc seul à faire le travail, sur une moto qui révèle petit à petit tous ses problèmes. Alors c’est certain qu’on travaille beaucoup au Japon mais comme le pilote l’a rappelé, ce ne sont pas des problèmes qui se règlent d’un weekend à l’autre. Pourtant, le double Champion du Monde en aurait bien besoin car il n’a plus le choix et à Barcelone, seule la victoire serait un bon résultat.      

Ces courses pourront également être décisves pour les pilotes Ducati car si la GP15 a agréablement surpris tout le monde, elle a également affiché quelques limites qui, comme Andrea Dovizioso et Gigi Dall’Igna n’ont jamais manqué de le souligner, ne s’effaceront qu’avec le travail.

Dovizioso a quelque peu manqué son retour en Europe avec une neuvième place à Jerez, un abandon sur problème mécanique au Mugello et voit désormais Iannone, son équipier, revenir sur ses talons.

L’un comme l’autre ont besoin de prendre de gros points sur les trois prochaines courses sous peine de voir les Yamaha s’échapper irrémédiablement. Et lorsqu’on dit gros points, on pense évidemment à une victoire. Ducati doit désormais passer un pallier en s’offrant la plus grande récompense. Facile à dire, moins facile à réaliser.

Et puis bien sûr, ces trois courses risquent d’être décisives pour les deux hommes en tête du Championnat du Monde.

Séparés de seulement six petits points, Rossi premier et Lorenzo second ne vont se faire aucun cadeau.

Si Rossi occupe la tête, la dernière gifle est à mettre à l’actif de Lorenzo qui, au Mugello, sur les terres de son équipier, a compté jusqu’à huit secondes d’avance sur ses poursuivants.

L’Espagnol surclasse le retour en Europe mais Rossi s’accroche. Ceci dit, s’accrocher risque de ne pas être suffisant et s’il veut conserver la tête du classement général, il devra enrayer la machine Lorenzo.

Aucun doute qu’après la leçon sur ses terres, Rossi rêve de rendre la monnaie de sa pièce à son équipier sur les siennes. Mission délicate mais peut-être décisive s’il ne veut pas voir Lorenzo prendre un avantage moral qui, à en juger ses dernières prestations, lui donne des ailes.

Bref, et ce n’est qu’un avis tout personnel, d’une saison où nous comptions cinq ou six candidats au titre, il n’en reste plus guère que deux et si on doute qu’après les trois prochaines courses (Barcelone, Assen, Sachsenring) Rossi puisse devenir l’unique prétendant, il semble en revanche que Lorenzo, de son côté, en soit capable. Aux autres de l’en empêcher !

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de