Les problèmes (techniques) de Marc Marquez



Avant le Grand Prix de Catalogne, il nous a semblé intéressant de faire le point sur les problèmes techniques rencontrés par Marc Marquez lors des deux dernières manches.

Le Mans avait vu tous les pilotes Honda en grande difficulté avec leur pneu avant, suite à une élévation de température . Mais le mal qui handicape la firme de Tokyo semble plus profond car, outre cette sorte de péripétie qui arrive ponctuellement lors d’une saison, la RC213V souffre également du train arrière, aussi bien au freinage qu’en accélération, et là, Marc Marquez est catégorique; cela provient du moteur. Moteur que l’on peut pas faire évoluer cette année, à cause du règlement…

Juste après le Grand Prix d’Italie, Peter Mc Laren a publié sur Crash.net certains propos du champion du monde en titre à-mêmes de nous éclairer un peu.

Marc Marquez: « Le problème n’a pas été comme au Mans car, aujourd’hui, la chose positive a été le train avant pendant la course. Je me sentais confiant et je roulais seulement avec la roue avant. Le problème est que lorsque le pneu s’est dégradé au tour 7 ou 8, j’ai eu les mêmes problèmes que toujours: de grosses glisses en entrée de virages, pas de soutien de l’arrière et je roulais seulement avec le pneu avant.  Quand vous roulez comme ça pendant 20 tours, à la fin il est facile de perdre l’avant à un moment.  Comme vous le voyez à la télévision, quand je rentre dans le virage, je glisse trop. Puis, je n’arrête jamais la moto, donc je force beaucoup sur l’avant et quand je relâche les freins, cette glisse  se poursuit encore et c’     est le plus difficile. Nous travaillons très dur pour améliorer la situation. L’année dernière, j’avais ces glisses, mais je les contrôlais toujours, je sentais toujours la roue arrière. Mais cette année, quelle qu’en soit la raison, je n’ai aucune sensation. 

Aujourd’hui, durant les premiers tours, nous avions la vitesse avec le pneu neuf. Quand j’ai le soutien de l’arrière, je pilote vraiment bien et je me sens vraiment bien avec la moto. Mais le problème est avec le pneu usé.  Par exemple, dans les premiers tours à Jerez, j’ai été en mesure de suivre Lorenzo, mais lorsque le pneu s’est dégradé un peu, je glissais en entrée de virage et ça a été plus difficile. 

Nous travaillons très dur sur cela, mais ce n’est pas un problème que nous allons régler d’une course à l’autre.

Je rentre dans le virage et le moteur bloque beaucoup l’arrière. Cela signifie que je force beaucoup avec le frein avant parce que je ne peux arrêter la moto qu’avec la roue avant, et cela signifie que vous forcez sur le pneu avant pendant toute la course. Puis, dans les derniers tours, le pneu avant commence à bouger et vous forcez à 100% à chaque tour, à chaque virage. Vous pouvez le récupérer de temps en temps, mais pas tout le temps.

Nous avons un peu réglé la sortie de virage. Ce caractère moteur. Nous avons réussi avec l’électronique. Néanmoins, ce n’est pas parfait, mais maintenant je suis capable de bien piloter en sortie de virage. Il semblerait que pour l’entrée, ce soit plus un problème mécanique, mais nous allons essayer de l’améliorer avec l’électronique ou le châssis. Si nous ne pouvons pas changer le moteur, nous devons travailler sur le châssis pour essayer d’atténuer un peu ce problème.

Il y a déjà quelques courses que j’ai demandé à Honda (de nouvelles pièces) et je sais qu’ils travaillent vraiment dur. Ils ont apporté ici (au Mugello) les maps électroniques, au Mans ils ont apporté un châssis des essais en Malaisie, ils ont apporté le nouveau bras oscillant. »

Analyse : En résumé, une fois les problèmes de train avant et de motricité résolus au Mugello, il reste un moteur rugueux qui a tendance à bloquer l’arrière au freinage, obligeant Marc Marquez à forcer sur l’avant et prendre potentiellement le risque de chuter.

Notons qu’à Barcelone, les zones de fort freinage sont à peine moins longues qu’au Mugello et que  l’allocation des pneumatiques y est sensiblement la même. 

Cela signifie-t-il que Marc Marquez sera contraint de renoncer à nouveau à la lutte pour la victoire?
Si l’on s’en tient à la logique, oui.
Mais la logique et la compétition moto ne vont pas toujours bien ensemble, fort heureusement.
Ne doutons pas que le pilote Repsol fera tout pour gagner son Grand Prix à domicile.
Il n’est évidement pas le seul et, sur sa route, il devra battre Jorge Lorenzo, à nouveau favori pour cette manche.

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter  

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de