Catalunya, conférence de presse pré-weekend, Valentino Rossi : "nous sommes très inquiets".



Pas la peine de se le cacher, si Valentino Rossi mène le championnat avec 49 points d’avance sur Marc Marquez, une situation qui aurait paru inespérée l’année dernière encore, son véritable adversaire s’appelle actuellement Jorge Lorenzo.

Et le champion italien est bien placé pour savoir de quoi le pilote majorquin est capable…

Voici ses déclarations lors d’une très longue conférence de presse, durant laquelle le Dottore a également revisité le passé.

Valentino Rossi: « nous sommes très inquiets! Je veux dire que nous avons fait quelques bons résultats lors des dernières courses en arrivant à chaque fois sur le podium, mais Jorge a été très rapide, en particulier à partir de Jerez, et a été capable de rattraper beaucoup de points.
Nous devons nous concentrer sur nous-mêmes, améliorer le rythme et les réglages, en particulier lors des essais, parce qu’il semble que l’on soit toujours compétitif durant les courses, mais nous souffrons un peu trop durant les essais cette année. On doit améliorer cela.
Mugello a été un weekend difficile, bien que j’aime beaucoup le circuit. Mais je n’ai jamais été suffisamment fort. Finalement, monter sur le podium était un bon résultat puisque je n’ai jamais été dans le Top3 durant les essais, et durant la course j’ai fait un mauvais départ et j’ai perdu du temps au début. C’était une course étrange car le rythme,  à l’exception de celui de Jorge, n’était pas fantastique.

Mais ici, c’est un de mes circuits préférés, à Barcelone, c’est super, l’ambiance est bonne et la piste est un peu plus facile qu’au Mugello car là-bas, c’est difficile. Des courses fantastiques ont eu lieu ici, sur cette piste, comme l’année dernière où il y a eu une superbe bagarre avec Jorge et les deux Honda. J’ai beaucoup apprécié la course car je suis resté beaucoup de tours au Top puis je me suis battu avec tout le monde. Malheureusement, je n’ai pas pu gagner car Marc était le plus fort, mais nous devons partir du résultat de cette course et essayer de rester en tête. » 

Avez-vous trouvé quelque chose pour améliorer vos essais?

Valentino Rossi: « Mes essais ne sont pas fantastiques, ne sont pas très bons car cela ne correspond pas à mon style, mais la situation est la même pour tout le monde donc je dois faire mon maximum. Il y a également souvent beaucoup de Ducati devant moi, qui sont toujours très fortes cette année avec le pneu soft. Elles sont très dures à battre. Et il y a aussi les Suzuki qui sont rapides, donc vous devez essayer de partir du Top 6 pour faire une bonne course car le premier tour est généralement très important.  Depuis la troisième ligne, c’est plus difficile, donc on doit améliorer cet aspect. »

La saison est belle avec  maintenant 6 pilotes vainqueurs potentiels.

Valentino Rossi: « Oui, comme tout le monde l’a dit, le niveau est très haut car il y a trois constructeurs au meilleur niveau et six pilotes en grande forme; c’est exceptionnel que cela arrive durant une saison. Habituellement, moins de pilotes sont en lutte pour la victoire. C’est bien pour le spectacle, c’est bien pour les fans, c’est bien pour le MotoGP et cela engendre également beaucoup de plaisir pour nous, même si c’est parfois plus difficile. »   

Cela sera-t-il possible de revoir une course comme en 2009?

Valentino Rossi: « Je me rappelle très bien de 2009 et je pense que c’était l’une des plus belles bagarres de ma carrière. Cela a commencé dès le vendredi. A cette époque, Jorge en était à sa seconde saison et voulait essayer de gagner le championnat ; et, sincèrement, notre vitesse et nos performances étaient les mêmes. En arrivant ici, on était vraiment très proche au championnat.

A partir du vendredi, on a amélioré nos temps à chaque fois que l’on prenait la piste, on a amélioré nos réglages et on essayait tout le temps d’être en tête.  Donc la bagarre a duré tout le weekend. Je me rappelle que le samedi, on s’est battu pour la pole position dans les derniers tours et Jorge m’a battu pour 2 dixièmes, peut-être.
Quand vous arrivez ainsi à la course, vous avez clairement le sentiment que « c’est le moment » d’une belle bagarre.
A l’exception de quelques tours où Stoner est resté avec nous, nous nous sommes échappés. C’était incroyable car nos performances, nos vitesses était vraiment très proches; il essayait de s’échapper, je revenais, j’essayais de m’échapper, il restait avec moi… Pour cela, c’était fantastique. Bien sûr, j’en ai peut-être un souvenir un peu meilleur que Jorge puisque j’ai gagné (rires).
Normalement, le dernier moment pour dépasser est à la fin de la ligne droite de derrière, au virage #9. Mais Jorge est sorti très vite du virage #8 donc je n’ai pas pu me placer en bonne position pour dépasser.
Je n’ai pas rendu la main car je savais que j’avais peut-être une autre chance, car j’avais doublé Stoner en 2007 juste avant le dernier virage.
Je me suis dit que je devais essayer mais, vous savez, c’était super mais je ne souviens pas exactement de ce qui s’est passé; j’ai juste essayé de passer à l’intérieur et j’ai pu conserver ma trajectoire.

Gagner dans le dernier virage est un moment de grande émotion car tout arrive en même temps; le dépassement et vous franchissez la ligne en même temps. C’est une superbe émotion. la bataille s’est poursuivie lors des autres courses, mais celle-ci était spéciale.
Donc (pour répondre à la question) si Jorge va un peu plus lentement, peut-être que oui (rires). »

Que vous manque-t-il pour pouvoir lutter avec Jorge quand il est devant?

Valentino Rossi: « Je pense que chaque course est différente, car chaque pilote a des points faibles et des points forts, mais cela dépend beaucoup de la piste de chaque weekend, des pneus que vous avez à utiliser et du travail fait pendant les essais pour les réglages.

Je ne suis pas très content de Jerez et du Mugello alors que j’ai été fort lors des autres courses. A Jerez et au Mugello, Jorge a réalisé une grande différence comparé à moi. Par exemple, au Mans j’ai eu du mal lors des essais, mais ma course a été bonne, tout comme mon rythme. Donc cela dépend du travail. Lors des dernières courses, Jorge a toujours trouvé de bonnes solutions et de bons réglages dès le début et il est donc pus à-même de se concentrer sur son pilotage et d’arriver à la course à son maximum, à 100%. C’est la façon de faire.
Nous espérons que, cette fois, nous serons plus compétitifs dès le début, ou, au moins, plus près. Ce n’est pas très important d’être premier mais l’important est d’avoir un bon rythme et un bon feeling avec la moto.
On ne doit pas oublier non-plus les Honda et les Ducati. C’est vrai que notre moto est très bonne cette année mais je m’attends à ce que Marquez revienne très vite alors que Pedrosa est toujours très rapide, ici, en Catalogne. Il y a fait sa meilleur course de la saison, l’année dernière. Sans parler des deux Ducati qui sont toujours très fortes. Tout cela peut faire une différence, dès le vendredi. »  

Que pensez-vous du retour de Biaggi en Superbike?

Valentino Rossi: « Cela sera évidemment intéressant. Je pense que Max pense toujours à cela, car il teste beaucoup l’Aprilia, mais si vous êtes en bonne forme,  physiquement et mentalement, il est difficile d’arrêter la course. S’il court, c’est que ses chronos sont bons, et il va essayer de gagner. Donc ce sera intéressant de suivre la course, à la télé ou peut-être que j’irais le voir à Misano. »

Y a-t-il une raison à la série des opération du syndrome des loges et avez-vous rencontré des problèmes cette saison?  

Valentino Rossi: « Oui, c’est curieux. Je ne sais pas vraiment mais, à coup sûr, la pression que vous infligez à vos bras lors des freinages a augmenté. Cela vient du pneu avant Bridgestone qui est fantastique, des freins toujours plus gros et également du frein-moteur, en particulier avec la boite seamless lors des rétrogrades; tout cela aide beaucoup à freiner la moto mais engendrent des forces qui vont directement dans vos bras. L’année dernière également, de nombreux pilotes savaient eu ce problème et je pense que c’est pour ça.

Quant à moi, heureusement, je n’ai pas ce problème. »

Pensez-vous que Marc peut vous rattraper, avec 49 points de retard?

Valentino Rossi: « Oui! Il est encore très tôt et je m’inquiète de l’écart avec Marc, tout comme Jorge doit le faire aussi. C’est vrai que 49 points, c’est beaucoup et personne ne s’attendait à ça en début de saison. Nous savons qu’il est très clair que s’il règle le problème qu’il a avec sa moto, dès demain, il peut gagner tous les dimanches et remonter. 

Tout est ouvert, et il n’est pas trop tard, donc on doit rester concentré et marquer des points. »

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de