Catalogne : Valentino Rossi paye une fois de plus au prix fort sa qualification



Hier, en catalogne, Valentino Rossi avait la vitesse et pas après la moitié de la course, comme souvent, mais depuis le premier mètre.

Auteur d’un bon départ et dans la foulée, de quelques dépassements propres, nets et incisifs, l’Italien avait le rythme comme l’avait d’ailleurs indiqué le warm-up et, avant ça, la FP4.

Mais en 2015, avec un Jorge Lorenzo aussi affûté, ça ne suffit pas. Partir septième et finir second, c’est beau, c’est spectaculaire mais c’est aussi largement insuffisant.

En conséquence, d’une bonne vingtaine de points au lendemain de la course en Argentine, l’écart qui le sépare de Lorenzo s’est désormais réduit à une seule petite unité.

Pourtant, hier, l’Italien avait les armes pour gagner et ce n’est d’ailleurs pas un hasard si Lorenzo estimait qu’il venait de disputer les 10 derniers tours les plus durs de sa carrière, mais pour gagner, il ne faut pas se trouver à 1,5 seconde de son équipier au moment de débuter les choses sérieuses. En bref, pour gagner, il faut mieux se qualifier.     

« Tout au long de ma carrière, j’ai toujours pensé que lorsque vous preniez 20 points, c’était une bonne course. J’ai apprécié le week-end, ce qui était important, parce que je sortais de trois courses où j’ai rencontré pas mal de difficultés et que je n’aime pas arriver troisième lorsque Jorge gagne. Cette fois, nous avons trouvé un bon réglage et un bon équilibre le vendredi donc nous avons travaillé pour la course parce que je sais que c’est là que je suis le plus fort. J’étais fort au début quand j’ai réalisé mes quelques dépassements et j’étais rapide, mais ça n’a pas suffi, parce que quand je suis arrivé en deuxième position, Jorge avait déjà un écart de 1,5 seconde. C’est dommage parce que j’avais le rythme pour me battre avec lui et je pouvais être très fort en bagarre parce que cette saison, je suis très fort au freinage. Je suis toujours devant au classement, mais cette course était importante car nous avons fait un pas en avant et maintenant nous devons continuer à travailler comme ça et améliorer notre qualification. En fait, la clé c’est la règle des pneus parce que Jorge est meilleur que moi en qualification et il arrive à placer toutes les motos avec pneus extra soft entre lui et moi sur la grille. C’est dommage parce que samedi, j’avais le potentiel pour être dans le top cinq, mais ça me procure une grosse motivation pour remettre l’ouvrage sur le métier dans deux semaines à Assen ».

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de