Max Biaggi et la RSV-4 font le show…l’ART de Randy de Puniet a de l’avenir !



Cette nuit, il y avait un doux parfum dans l’air, celui de la reprise de la saison moto avec la première manche du championnat du monde Superbike, en Australie, sur le circuit de Philip Island.

Si le week-end aura malheureusement été terni par le décès, la veille, du jeune Oscar McIntyre, la course reprenait ses droits cette nuit…et quelle nuit !

Le WSBK à Philip Island c’était un peu le « Max Biaggi’s late night show » !

Après l’erreur initiale de Checa, le Romain gagnait la première manche, au terme d’une échappée solitaire, avec plus de sept secondes d’avance sur un excellent Marco Melandri et sur la première Ducati, celle de Sylvain  Guintoli.

Mais c’est certainement lors de la deuxième manche que le Romain a rappelé à tout le monde qu’il était un pilote de talent. Parti en tête, en lutte avec Tom Sykes, Biaggi commet sa première erreur de la saison au premier virage. Il tire tout droit et repart 8 secondes derrière tout le monde. Piqué au vif, le corsaire repart à l’abordage et au prix d’une remontée folle, termine deuxième de cette seconde manche de la journée.

A l’issue de la course, le toujours modeste Max Biagggi déclarait : « Je me suis bien amusé, ça aura été une grande réalisation, quand il y a quelque chose de spéciale à faire, je mets toujours le timbre sur la carte, c’est comme une marque de fabrique ! »

Autant dire que la RSV-4 de Randy de Puniet… enfin l’ART de de Puniet, qu’on a vue en très grande forme à Jerez (lire ici) a un bel avenir devant elle !

Nous étions également attentif aux performances de la Honda CBR100RR du team Ten Kate,  de Jonathan Rea, puisque la CRT de Honda, enfin…de Gresini, qui sera pilotée par Pirro, utilisera le même moteur et la même électronique.   

Résultats mitigés, puisque le pilote Honda terminait la première manche à vingt secondes et la deuxième, à plus de douze secondes…

Stay tuned !

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires