Tech3 nous emmène à la découverte du métier d'ingénieur datas (Part 1)




Comme à son habitude, Tech3 nous propose de découvrir l’envers du décor à travers des articles tous aussi intéressants les uns que les autres (on se rappelle encore la série « Insight »). Cette-fois, il s’agit de découvrir le métier d’ingénieur datas, au travers des questions des internautes à Maxime Duponchel et Maxime Reysz, oeuvrant respectivement pour Bradley Smith et pour Pol Espargaro dans le team français.

Nous vous en proposons la traduction, en commençant par la partie 1 (parce que débuter par la partie 2 n’était pas vraiment logique… 😉

Quelle est la chose la plus importante que vous devez préparer pour que la moto soit prête pour la course? Avez-vous totalement confiance en la décision du pilote ou, parfois, doit-il vous écouter et faire avec la moto que vous lui donnez?

Maxime Duponchel: « Ayant à l’esprit que le coureur peut changer ses réglages électroniques pendant la course, la chose la plus importante pour moi est de lui donner les différents réglages qui lui permettent de faire face à toute condition de course. Le réglage sera assez agressif au début de la course afin de profiter des pneus neufs, mais plus soft ensuite afin de garder un bon rythme de course et de pouvoir rouler dans des conditions d’adhérence plus compliquées.
Je fais totalement confiance à mon pilote, mais il peut parfois arriver que j’ai à lui expliquer pourquoi un paramètre pourrait lui donner de meilleures performances. »

Combien de paramètres de l’ECU sont à la disposition du pilote pendant une course ? S’il y en a, le pilote peut-il les modifier ?

Maxime Duponchel: « Sur la YZR-M1, le pilote peut choisir trois réglages différents en phase d’accélération (par exemple dans le contrôle du wheelie, contrôle de traction, etc.) et trois paramètres liés à la décélération (frein moteur) »

Pouvez-vous modifier l’électronique virage par virage ?

Maxime Duponchel: «Notre système nous permet d’ajuster les réglages virage par virage et il est parfois possible d’être encore plus précis en travaillant sur une phase spécifique de l’accélération ou de la décélération, d’un virage particulier. »

Comment êtes-vous impliqués dans le développement de la moto avant les essais de présaison?

Maxime Duponchel: « Le système électronique est entièrement développé par les ingénieurs japonais de Yamaha. Notre travail est d’utiliser les capacités du logiciel pour trouver un bon réglage de base au cours de l’hiver.»
Quel est le plus important, les explications des pilotes ou l’analyse des données?

Maxime Duponchel: « C’est une question intéressante. Le facteur le plus important est le feedback du pilote, car il nous montre quels changements nous pouvons apporter pour lui permettre d’être plus rapide. L’analyse des données est également très intéressante parce que dans certains cas, lorsque le pilote est peu confus, cela peut nous aider à comprendre ce qui nous manque. Le ressenti du pilote et les données sont réellement complémentaires puisque l’un donne du sens à l’autre. »

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter

 

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de