Victoire pour Marquez, belle course pour Lorenzo, bonne opération pour Rossi !



Après une course d’abord humide, puis sèche en Moto3 et une course sèche en Moto2, la pluie était de nouveau annoncée pour le milieu de la course des MotoGP.

Toutes les équipes étaient donc sur la brèche et prêtes à intervenir au cas où les gouttes d’eau deviendraient trop importantes sur le Brickyard d’Indianapolis.

Pourtant, il n’en aura rien été et même si à quelques boucles de l’arrivée la pluie faisait son entrée en scène, elle était trop timide pour venir bouleverser les performances des pilotes ! Et quelles performances !   

En tête de grille, on retrouvait Marc Marquez, Dani Pedrosa et Jorge Lorenzo. Les trois mousquetaires étaient donc orphelins du quatrième puisque Valentino Rossi, en difficulté le vendredi et en progrès le samedi, s’était malgré tout loupé lors des qualifications ce qui le contraignait à s’élancer de la huitième position.

Mission délicate donc pour le Dottore qui s’obligeait à opérer des pilotes comme Smith, Crutchlow, Iannone et, dans une moindre mesure, Danilo Petrucci.

Toutefois, après un départ en boulet de canon de Lorenzo qui sautait de la troisième à la première place, suivi de Marquez et Pedrosa, les adversaires de Rossi s’écartaient à son passage avec un Petrux qui s’éliminait lui-même en raison d’un mauvais départ, une erreur de Crutchlow, une goutte d’eau de Smith et une autre de Iannone.   

Dès la fin du second tour, la course des quatre fantastiques pouvaient démarrer. On signalera tout de même avant de s’attaquer à la course des quatre-là, que Dovizioso, décidément à la traîne chez Ducati, commettait d’emblée une nouvelle erreur qui le contraignait à reprendre la piste à la dix-septième position.  

Dès la seconde boucle, Marquez battait le record du tour et il s’en suivait une série de tours incroyablement rapides des deux pilotes de tête qui restaient roue dans roue.

Derrière, le deuxième gruppetto allait devoir attendre que Rossi mette la machine en route pour se constituer.

L’Italien allait compter jusqu’à 1,7 seconde de retard sur Pedrosa et c’est à partir du septième tour qu’il commençait à reprendre du terrain.

A la huitième boucle, Marquez se faisait peur et offrait un peu d’air à Lorenzo mais la trêve ne durait pas longtemps puisqu’il enchaînait avec un excellent chrono lors du neuvième passage et recollait à la roue arrière de son rival.

Derrière, Rossi effectuait la jonction avec Pedrosa au quatorzième tour et grappillait dangereusement du terrain sur les pilotes de tête.

Toutefois, en devant attendre le 18ème tour pour porter sa première attaque sur l’Espagnol il perdait trop de terrain et devait abandonner tout espoir de revenir.

D’autant que devant, Lorenzo et Marquez repassaient allégrement dans les 1.32 et, en ne s’attaquant pas, ils ne se gênaient pas et progressaient lentement, euh non, cette expression n’est pas adaptée à notre sport, ils progressaient donc rapidement et sûrement vers l’explication finale.

Pedrosa, qu’on croyait vaincu, s’accrochait et reprenait le meilleur sur Valentino Rossi à 5 tours de l’arrivée mais quelques virages plus loin, il commettait une petite erreur et il n’en fallait pas tant pour que son adversaire se jette dans la brèche ainsi ouverte.

Devant, Marquez, qu’on avait senti capable d’un tout petit peu plus (même si, et je tiens à le rappeler, ce n’est ici qu’une impression parfaitement personnelle car il est important de souligner le fait que la Yamaha a progressé, que Lorenzo a progressé et que le binôme a livré une course étincelante en ne relâchant jamais la pression mise sur le Champion du Monde en titre), prenait la mesure de Lorenzo après avoir signé, lors de la vingt troisième boucle, le nouveau record du tour en course !

L’avant-dernière boucle démarrait avec un énorme dernier virage de Jorge Lorenzo, dont on aura apprécié la vitesse de passage en courbe. Malheureusement, malgré ce dernier effort, le majorquin restait un peu loin pour tenter une dernière attaque et franchissait la ligne d’arrivée à la seconde place.

Le suspense restait en revanche entier en ce qui concerne le gain de la dernière place du podium. Rossi allait-il réussir un dixième podium consécutif, Pedrosa allait-t-il continuer à arbitrer la bataille pour le titre en écartant Rossi du gradin ?

Les choses commençaient en tout cas bien pour le pilote Honda qui passait celui de chez Yamaha au bout de la ligne droite.

Toutefois, sentant le coup venir, Rossi sortait malgré tout très bien de ce virage et se collait dans les échappements de son adversaire.

Et si Pedrosa pensait avoir fait le plus dur, c’était sans compter sur toute la détermination de Rossi à ne rien lâcher. Il se glissait en force dans un trou de souris et parvenait à tenir Dani en respect jusqu’à la fin des débats.        

Marquez prend donc 25 points et réalise une bonne opération même si, et c’est bien là son problème, les machines d’Iwata sont à nouveau sur le podium. Certes, il prend 25 points mais ce qui l’arrangerait c’est un écart plus significatif avec Rossi et Lorenzo. Pour cela, il ne peut guère compter que sur Pedrosa puisque les plus proches poursuivants pointaient à 15 secondes.

Au soir de cette nouvelle victoire, la seconde d’affilée, il compte malgré tout 56 points de retard sur un Valentino Rossi qui aujourd’hui et compte tenu du déroulement du weekend, réalise une excellente opération.

En effet, en devançant Lorenzo, Marquez fait en quelque sorte les affaires de Rossi qui garde 9 unités d’avance sur son équipier au lieu de 4 en cas de victoire du 99.

Derrière, sur une autre planète, c’est une fois de plus Andrea Iannone qui est le meilleur du reste. Le pilote Ducati pointe à plus de 15 secondes, ce qui, au final, ne fait jamais que 5 de moins que Dovizioso en 2014.

Il reste du travail à Borgo Panigale pour recoller au groupe des japonaises mais aussi et surtout pour ne pas se faire avaler par les Tech3 puisque ce soir, Bradley Smith, une nouvelle fois exemplaire et premier pilote satellite, ne termine qu’à 223 millièmes de Maniac Joe.

On notera que le Britannique arrive une fois de plus devant son équipier (8,627 secondes), Pol Espargaro qui, rappelons-le, a été confirmé par Yamaha chez Tech3 pour 2016. Bradley lui, de son côté, attend encore et on se doute qu’on ne devrait plus tarder à avoir la nouvelle de sa confirmation au sein de la structure de Hervé Poncharal.

Cal Crutchlow est huitième, Andrea Dovizioso neuvième et c’est Danilo Petrucci qui signe la très belle dixième place.

La course a été extrêmement compliquée pour les pilotes Suzuki avec la onzième place pour Viñales, auteur d’un départ complètement raté et la quatorzième d’Espargaro.

Mike Di Meglio est dix-septième et on soulignera le bon weekend de Bradl, même s’il termine vingtième, pour sa première sur l’Aprilia.

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook     

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de