Prix Orange aux mécaniciens de Stefano Manzi ! Prix Citron à ceux d'Alexis Masbou !



Danny Kent: « Le problème principal a été quand nous sommes rentrés dans les stands; cela a pris trop longtemps pour mettre les slicks. Je pense que notre moment a été bien choisi, puisque je suis rentré dans les stands à côté de Brad Binder qui a fini la course à la huitième position. Nous avons perdu trop de temps pour changer les roues. Ceci est quelque chose sur lequel l’équipe doit travailler, juste au cas où nous nous retrouverions dans une situation semblable lors des prochaines courses ».

On le voit, Danny Kent n’est pas content, et il a de quoi; après Alexis Masbou, c’est celui qui a passé le plus de temps à attendre que ses mécaniciens montent les roues avec les slicks!

Une erreur qui, vu depuis son canapé, semble frôler l’incompétence, même si, à la décharge des mécaniciens, ils n’ont aucunement l’habitude d’un tel évènement.

Même un Romano Fenati surexcité, debout sur sa moto et agitant les bras comme des moulinets comme un fou pour prévenir qu’il rentrait, s’est retrouvé devant un stand où ne figurait ni les béquilles, ni les outils, ni même les roues prêtes à être changées! Il reste néanmoins un des ténors à s’être pas trop mal sorti de cette page de l’histoire de la Moto3 (tout et tous étaient dans le box, à quelques mètres de la zone d’intervention autorisée).


A l’inverse, alors que certains teams perdaient jusqu’à plus d’une minute car ils n’étaient pas prêts, on en a vu ajuster les fourches avant et l’amortisseur arrière; encore une bonne dizaine de seconde perdue au stand pour tenter de gagner 3 dixièmes au tour…

Bref, ce jour là, à Indianapolis en Moto3, on était très loin du niveau du MotoGP, et même de celui de l’Endurance!

Mais cessons-là cette navrante constatation et applaudissons plutôt ceux qui, malgré leur manque d’habitude, ont su réagir avec célérité: le team San Carlo Italia pour Stefano Manzi, le team Outbox pour Alessandro Tonucci, le team Estrella Galicia pour Jorge Navaro et le team CIP pour Remy Gardner!
Et pourtant, à l’exception de Jorge Navarro qui possède un box directement dans la Pit-Lane, les autres équipes citées ont dû intervenir loin de leur box. 

Nous avons calculé pour vous les temps perdus lors des changements de pneus (accélération et décélération comprises) et les écarts se situent à plus d’une minute !


Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de