Jules Danilo, Brno : « Au mauvais endroit, au mauvais moment » à deux reprises.



Après deux jours passés dans le top 15 et une qualification réussie (onzième), le dimanche de Jules Danilo aurait pu être le meilleur de sa jeune carrière. C’était sans compter sur le retour du chat noir qu’il a côtoyé lors du début de saison.

Le pilote Ongetta revient avec nous sur les deux accrochages lui ayant coûté son week-end et aborde l’avenir dans une période où les négociations sont au cœur de l’actualité du paddock.

 

GPi : Jules, décidemment la poisse continue à te poursuivre cette saison…
Jules Danilo : « C’est vrai que je n’ai pas beaucoup de réussite cette année, surtout au début de saison, et là, de nouveau à Brno. Je me fais piéger deux fois, la première fois c’était aussi à cause d’un mauvais départ, je me fais toucher par un pilote qui m’envoie sur Oettl. Heureusement il y avait un second départ, mais pas de chance, Fabio (ndlr : Quartararo) et Hanika s’accrochent et je me prends les deux motos. Week-end terminé. »

GPi : A ton intonation, tu sembles dépité de ce qu’il se passe en ce moment.
Jules Danilo : « Non ça va ! C’était après la course que c’était assez dur à digérer. M’étant fait accrocher au premier départ, je pensais avoir utilisé mon joker du week-end, et que ça passerait pour le deuxième (rires) ! Mais tu vois, vu que c’était un sprint et que les gars étaient un peu chauds, je pense que ça a joué. Moi j’étais juste au mauvais endroit, au mauvais moment. »

GPi : Le point positif, c’est qu’on voit bien que tu as franchi un cap quand même, notamment en qualifications… 
Jules Danilo : « C’est vrai que les qualifications n’étaient pas mon point fort et depuis peu c’est beaucoup plus correct. Surtout à Brno avec la onzième position sur la grille de départ. J’ai progressé sur le pilotage, je suis plus constant, je fais moins d’erreurs, et en qualifications c’est important. »

GPi : Malgré que tout ça ne se concrétise pas, ton équipe reste satisfaite de toi ?µ
Jules Danilo : « Ah oui ! A Brno il n’y avait pas grand-chose à dire, j’ai terminé chaque session dans les 15, hormis la FP2. J’étais hyper content, le week-end était solide. Et avec la victoire d’Antonnelli (ndlr : coéquiper de Jules), tout le monde était de bonne humeur (rires) ! Comme ce résultat blanc n’était clairement pas de ma faute, il n’y avait rien à dire. »

GPi : Est-ce que tout cela sera suffisant pour continuer avec eux la saison prochaine ?
Jules Danilo : « C’est ce qu’on est en train de voir, les négociations sont en cours, mais le plan est de continuer avec eux. J’en saurai plus à Silverstone. »

GPi : Tu as prouvé que tu méritais ta place en GP, quelles sont tes autres solutions pour y rester l’an prochain ?
« Ça sera très important de rester sur Honda pour l’année prochaine, donc je veux vraiment rester avec eux. Après, il y aura certainement encore un gros budget à apporter et donc il faudra trouver des partenaires et rentrer dans les 10 de manière constante pour ne plus payer l’année d’après. Car c’est de la folie. » 

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter

 

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de