Michelin s'exprime en faisant un point complet actuel sur les pneus MotoGP !



Les essais Michelin à Brno ont été perturbés par la pluie (voir ici). Ce n’était pas une très bonne nouvelle pour Michelin mais c’en était une pour les passionnés de MotoGP, puisque cela a donné l’occasion à un groupe de journalistes d’interroger Piero Taramasso, le nouveau responsable de la compétition moto chez Michelin.

Bien que très importante, car elle apporte de très nombreuses informations et précisions, nous n’avons trouvé aucune trace de cette conférence de presse dans les médias français, aussi nous vous proposons une traduction des extraits les plus importants du compte-rendu de l’incontournable David Emmett, du site Motomatters.com.

Un grand merci à lui mais aussi un grand merci à Michelin qui communique ainsi presque en temps réel sur les développements de cette nouvelle aventure !

La météo a-t-elle affecté les plans de Michelin pour les tests à Brno?

Piero Taramasso : « Le plan était de tester sur le sec donc il semble que ce ne soit pas le cas. Nous avions apporté quelques nouvelles solutions pour l’avant. Par exemple, nous avions le même profil avec deux enveloppes différentes et trois composés différents. Pour les pneus arrière de même profil, deux enveloppes différentes et deux composés différents. Voici ce qu’était le plan. »

Un pneu intermédiaire a été essayé…

Piero Taramasso: « Nous sommes venus aussi avec quelques pneus pluie et quelques intermédiaires parce que, jusqu’à présent, on n’a pas eu la chance de les essayer, on a juste fait quelques tours à Jerez et Barcelone le lundi après la course, mais cela ne représente pas assez de données. Donc, quoi qu’il en soit, nous les avons essayés ce matin, nous avons fait quelques tours avec le pneu intermédiaire, un peu sur le mouillé, mais c’est très difficile parce que les conditions changent à chaque tour. Jusqu’à présent, ça n’a pas été un test très concluant. »

Piero Taramasso ne pense pas que les pneus intermédiaires seront utilisés très souvent l’année prochaine: « La Dorna nous a demandé d’apporter des intermédiaires. La raison est pour le vendredi et le samedi, quand ce ne sont pas les qualifications; quand les conditions sont mixtes, les pilotes ne sortent pas. Pour les spectateurs, ce n’est pas très amusant, alors ils nous ont demandé de bien vouloir apporter un intermédiaire pour que, quand les conditions ne sont ni pluvieuses, ni trop sèches, ils puissent faire quelques tours pour les spectateurs. Nous avons donc décidé de les apporter et l’allocation sera de trois pneus avant et trois pneus arrière, par week-end et par pilote.
Les intermédiaires sont conçus pour commencer sur une piste mouillée ou humide, puis vous pouvez les utiliser jusqu’à ce que la piste soit en train de sécher. Cela représente une grande amplitude mais je ne pense pas qu’ils soient utilisés pendant la course. Pour la course, ce seront des slicks ou des pluies. »

Augmentation de l’allocation des pneus à chaque Grand Prix.

Piero Taramasso: « Les équipes et les pilotes se plaignent, cette année, l’année dernière, que l’allocation est trop juste, trop restreinte. Et parfois, ils doivent utiliser un pneu usé, ce dont ils se plaignent. Ils ont fait une demande et, parce que nous sommes ouverts, nous avons accepté … « 

La taille de l’allocation des pneus sera donc augmentée à partir de l’année prochaine. Chaque pilote obtiendra donc (en plus des intermédiaires et des pluie) 10 pneus avant et 12 pneus arrière, soit un slick arrière supplémentaire.

Avec la disparation de la catégorie Open, il n’y aura plus que deux qualités de gomme disponibles pour les slicks. La construction et le profil des pneus seront les mêmes tout au long de l’année mais la qualité des gommes évoluera en fonction des circuits: « Pour vous donner une idée, je suppose qu’on aura probablement trois ou quatre pneus avant et cinq ou six arrière. »

« Où et quoi sera utilisé » n’est pas encore décidé: « Nous continuons les tests, donc nous avons besoin d’aller à Phillip Island, nous devons aller à Silverstone et sur plusieurs pistes où nous n’avons pas testé. Donc, nous devons y aller, puis nous déciderons. »

Tout sera-t-il prêt à temps?

Piero Taramasso: « La météo n’a pas aidé. Nous suivons le plan, même si nous n’avons eu aucune aide de la météo. Mais à ce point, nous disons que nous sommes encore dans le plan. Parce que la construction du pneu arrière est presque définie, et les profils avant et arrière sont déjà définis, donc on a juste à choisir la gomme pour certains pistes où nous n’avons pas encore testé. Et nous travaillons toujours sur le pneu avant, donc nous avons encore quelques mois pour travailler et quelques essais à faire. « 

Travail sur le pneu avant…

La grande plainte, lors des essais de  Sepang et du Mugello, est que le pneu avant Michelin a du mal à faire face aux charges supplémentaires générées par l’adhérence exceptionnelle du pneu arrière. Ce dernier « pousse » l’avant qui finit par décrocher, provoquant les chutes constatées. Michelin a beaucoup travaillé depuis lors et c’était évidemment le point sensible qu’ils souhaitaient pouvoir tester à Brno.

Piero Taramasso: « Sur le pneu arrière, le grip est bon. Il est facile, très bon. Voilà pourquoi je dirais que la performance, le temps au tour, est plus qu’acceptable. Je dirais que le problème que nous avons eu vient de l’équilibre entre l’avant et le grip arrière. En ce moment, il semble que cela aille de mieux en mieux et il y a deux raisons à cela. L’une des raisons est parce que nous avons travaillé sur le pneu; nous avons amélioré le pneu avant entre Sepang à Mugello. Les pilotes officiels nous ont dit que nous avons amélioré dans la bonne direction, ce qui aide. Maintenant, les équipes commencent également à comprendre comment notre pneu travaille. Donc, à chaque fois que nous testons avec elles, les réglages sont toujours de mieux en mieux. Les pilotes aussi comprennent comment utiliser notre pneumatique par rapport au précédent, donc doivent piloter différemment. Vous mettez tout cela ensemble, le pilote, les réglages, les améliorations technologiques, et tout va dans la bonne direction. Et l’équilibre global, adhérence de l’avant et l’équilibre avec l’arrière, est bien meilleur.

Après Novembre, après le test à Valence, je suis sûr que les équipes changeront leurs réglages dans la bonne direction pour Michelin. Ce qui n’a pas aidé, c’est que nous faisons à chaque fois un test d’une journée. Les équipes arrivent avec les réglages pour le fournisseur de pneus actuel. En juste un jour, vous ne pouvez pas faire la mise au point, les tests de pneus et des longs runs. Donc, ce que nous faisons est juste quelques tours, les plus gros ajustements sur la moto puis on roule, on roule, on roule. Mais, bien sûr, ce ne sont pas des conditions optimales. »

Michelin s’est déplacé ou se déplacera sur toutes les pistes difficiles du championnats, en particulier à Phillip Island pour les tests des pré-saison dont nous avons déjà donné les dates. La première année, l’accent ne sera pas mis sur la performance pure mais sur la fiabilité, sur la polyvalence et sur l’équité entre les différents constructeurs, ce qui, d’après les premiers retours, ne semble pas poser de problème.

Le point fort de Michelin est actuellement l’adhérence de son pneu arrière, celle-ci semblant faire l’unanimité: « C’est le grip à l’arrière. Le grip à l’arrière est la chose que tout le monde reconnaît. Surtout Pol Espargaro, il sourit et il dit, wow, cela est impressionnant. Cela ressemble à un pneu de qualification. Donc ceci est un très bon point. Je pense que c’est ce qui revient tout le temps. La régularité aussi. Le pneu est tout à fait régulier. Il peut faire 25-30 tours sans une forte dégradation. »

Les pneus Michelin pourront-ils avantager certains pilotes?

 Piero Taramasso: « Oui, je pense que oui. Je ne sais pas qui, mais bien sûr, quand vous faites un changement majeur comme celui-là, je suis sûr que certains pilotes sont capables de s’adapter rapidement et en tirer profit. Pour d’autres, ils auront besoin de plus de temps. Donc, bien sûr que vous allez modifier la hiérarchie actuelle. Et aussi, il y a certains pilotes, comme Valentino et Dovizioso, qui ont déjà couru avec nos pneus, alors ils s’adapteront peut-être plus rapidement. Ils ont une expérience pour les gérer, comment les  utiliser. Valentino Rossi a dit qu’ils sont différents. Il a dit que pour lui, ils étaient beaucoup mieux maintenant. Et aussi Stoner, qui a testé avec nous à Motegi l’an dernier. Il a également dit la même chose. Il a dit que nous nous sommes améliorés. »

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments