Mercato : Tu n'es pas prêt à me quitter, mon fils !



Le dicton nous l’enseigne: « qui aime bien châtie bien! » Mais quand l’être aimé présente des velléités d’escapade, le châtiment n’est peut-être pas aussi inintéressé qu’il veut bien le paraître… 

C’est pourtant ce que vient de faire Luca Boscoscuro, le patron du team SpeedUp, à propos de son pilote, Sam Lowes… qui ne cache pas vouloir monter en MotoGP chez Aprilia! Il possède d’ailleurs un pré-contrat avec la firme italienne.

Luca Boscoscuro: « Sam est l’ un des meilleurs talents que je n’ai jamais eu, et il ne m’a pas caché vouloir passer en MotoGP. Cependant, selon moi, il n’est pas encore prêt pour le MotoGP et il ferait bien de rester là où il est (ndlr : c’est à dire, chez SpeedUp)et d’essayer de gagner le mondial en Moto2 avant de monter en cylindrée. Du reste gagner sa propre catégorie puis passer à la suivante est ce qu’ ont fait Valentino Rossi et Marc Marquez, et nous pouvons aussi mettre Jorge Lorenzo qui ne gagna pas en 125cc seulement parce qu’à ce moment, la Derbi n’était pas compétitive, mais, passé à la 250cc avec l’Aprilia, domina en gagnant 17 Grands Prix et deux titres en deux saisons, 2006 et2007. »

Pour  Luca Boscoscuro, Sam Lowes n’est donc pas prêt à monter en MotoGP: « Ce sont les données de la télémétrie, dont je discute avec Sam, qui me le disent. Par exemple, il pilote toujours en travers. Et se mettre en travers à chaque freinage, c’est spectaculaire, oui, mais à quoi ça sert? Cela vient du fait qu’il ralentit la moto avec la roue arrière au lieu de freiner avec force de l’avant. Les données nous disent que Sam applique 5, 6 bars de pression sur le levier du frein, quand les meilleurs atteignent les 12. Pourquoi le fait-il? De façon simple, il était habitué au Supersport où les gommes ont une carcasse beaucoup plus flexible qui s’écrase violement au freinage et perturbe la mise en courbe. Avec les Dunlop, ceci n’est pas un problème mais il ne s’est pas encore habitué. »

Selon l’homme qui a découvert Andrea Iannone, une année supplémentaire serait donc souhaitable pour le pilote britannique: « Tout dépend de l’école que vous avez eu. Si votre fils est très intelligent mais que ses professeurs ne lui ont pas enseigné à étudier, il peinera très probablement à apprendre . Et ceci est exactement ce qui arrive aux pilotes qui viennent des motos dérivées de la série. Là, ce n’est pas seulement le niveau des pilotes qui est plus bas, mais surtout le niveau des équipes qui est beaucoup plus bas. Vous apprenez moins, et moins bien. »

Et, au moment de distribuer les tacles, Luca Boscoscuro n’est pas avare…

« Danny Kent a demandé une moto à Jorge Martinez, avant de parler avec Pramac, mais pourquoi? A 21 ans, quelle urgence y a-t-il? Je ne veux pas utiliser un mot trop fort mais je pense qu’il y a un peu de lâcheté en voulant éviter le Moto2… « .

D’ailleurs, même Aprilia (qui n’aurait pas mis sa signature sur le pré-contrat du pilote britannique) reçoit son petit conseil personnalisé…

« Si j’étais eux, j’arrêterais avec Lowes mais garderais une option pour 2017, je le laisserais grandir en investissant de toute façon sur lui. Comme il est actuellement ne peut pas apporter une contribution au développement de leur projet, et je le dis en tant qu’ancien pilote, pas en patron de team. »

Cela allait sans dire…

Source: GPone

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments