La longue marche de Peugeot Scooters…



La prise contrôle à 51% de Peugeot Scooters par Mahindra a donné à ce dernier l’occasion d’exploiter le célèbre nom français sur son marché intérieur.
Et pour cela, rien de mieux que des motos de course de petites cylindrées pour coller au plus près aux 125cc qui sont proposées à la vente en Inde: déjà impliqué en Championnat du monde Moto3, le tour de passe-passe n’était pas bien compliqué à imaginer.
Mais de l’imagination à la réalisation, il y a un pas, ou même plusieurs puisque le team Sky VR46 a déjà refusé l’idée de cette association où, à priori, tout le monde n’avait pas la même chose à gagner…

Peugeot Scooters s’est donc tourné vers le team Gresini dont la fidélité envers Honda avait reçu un coup de canif du géant japonais au moment où celui-ci avait volontairement écarté l’équipe de Fausto pour l’introduction de la NSF 250 RW (celle qui performe, pas le modèle précédant).

L’oreille de l’Italien n’était donc pas fermée, mais subsistait néanmoins un gros problème en la personne d’Enea Bastianini, jeune talent très prometteur doté d’un contrat de 3 ans avec Honda.

Qui Fausto Gresini va-t-il choisir entre un pilote doué, gage de résultats et de sponsors, et des conditions sans doute très avantageuses offertes par Mahindra/Peugeot Scooters? Ou peut-on imaginer une césure de l’équipe, avec deux machines différentes?

La réponse interviendra peut-être à Silverstone puisque, selon GPone, Frédéric Fabre, Directeur Général de Peugeot Scooters, et Enrico Pellegrino, directeur de la filiale italienne et instigateur du projet Peugeot Scooter initial, basé sur une FTR-Oral, se rendront ce week-end sur le circuit britannique…

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter

 

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de