Silverstone, conférence de presse post-course, Danilo Petrucci : Entre simplicité et humour…



Il faut être honnête, peu de journalistes avaient pris le temps de vraiment s’intéresser à Danilo Petrucci, depuis son arrivée en Grand Prix en 2012 chez Ioda Racing.

Certes, on le savait, grand et lourd, mais rapide sous la pluie et courageux: c’était à peu près tout.
Cette première conférence de presse a permis de découvrir un pilote simple et réservé, mais également drôle. Et, avant tout, un pilote effectivement très doué sous la pluie, pouvant partir depuis la 18ème position et finir par mettre en péril le leader du championnat du monde en tête de la course…
Un péril sans doute évité, aussi, car les deux hommes s’entraînant ensemble, il était à la fois plus prudent et plus intelligent de ne pas tenter le diable!

Après cette course et cette conférence de presse, nul doute que les médias vont voir le pilote italien d’un autre œil!

Pour rappel, Danilo Petrucci a subi un sévère régime car sa taille (1m80) et surtout son poids l’handicapait sur la moto; il a perdu plus de 10 kilos cette année !    

Vous ne rêvez pas, c’est bien votre premier podium en Grand Prix…

Danilo Petrucci: « Oui, c’était incroyable. Honnêtement, j’espérais la pluie car c’était ça s’était très mal passé hier, et partir de la 18ème place était très difficile. Quand j’ai vu la pluie « ok, on peut faire un truc aujourd’hui ». Quand j’ai forcé, forcé, je suis resté à un moment derrière Pedrosa et Lorenzo… Je n’avais jamais connu cette situation! Seulement à la PlayStation! (rires)

Alors, que pouvais-je faire? C’était très difficile de les doubler, en particulier parce que c’était Lorenzo et Pedrosa. J’ai doublé Pedrosa, puis Jorge n’était pas si rapide, donc ok, c’est le moment.
Quand j’ai été troisième, honnêtement, j’ai eu peur de tomber alors que j’étais sur le podium, et c’était difficile.
A un moment est arrivé Dovi, « ok, il va un peu m’aider ». Puis, immédiatement, Marquez a chuté.  
A un moment, Valentino est devenu de plus en plus proche et j’ai commencé à penser « ok, essaie de suivre Valentino » mais c’était très difficile car j’avais peur d’aller trop vite. Vous savez, ce n’est pas commun de reprendre du temps à Valentino! Ce n’est pas une situation confortable (rires)!
Donc, à la fin, quand il restait deux tours, j’ai vu que Dovi avait un petit retard « ok », et je pense que j’ai mal pris tous les virages dans le dernier tour.

Dans le dernier virage, j’ai commencé à rire, et maintenant, je me réveille dans mon lit! (rires)
Mais je pense que je rêve encore donc je suis très heureux d’être ici, et également heureux car nous sommes trois Italiens. Je suis ami avec les deux et je m’entraîne avec les deux. Je suis donc réellement heureux pour Valentino, pour le championnat, et pour le retour de Dovi sur le podium. Même en terminant 3ème, j’aurais été heureux. Être sur le podium est une superbe chose. »

Vous avez un peu peiné avec Jorge… 

Danilo Petrucci: « Avec Jorge, j’avais peur….. de l’après-course, si je le faisais tomber! (rires)
J’avais peur de sa réaction en cas de chute. Donc j’ai essayé de garder au maximum une distance avec lui. Mais, à la fin, tout s’est bien passé. »

Quand vous roulez avec Rossi au Ranch, cela est-il arrivé que vous réduisiez l’écart puis qu’il l’augmente? 

Danilo Petrucci: « Pour moi, c’est difficile à expliquer. J’ai réalisé que j’étais sur le podium et j’ai eu peur de tomber car sur le mouillé, vous ne connaissez jamais vos limites. Donc j’ai commencé à penser « ok, tu es sur le podium mais même une 5ème place serait bonne aujourd’hui ».

Puis Marquez est tombé et, je ne sais pas pourquoi, Valentino s’est rapproché de plus en plus. Je forçais vraiment car j’avais Dovi très proche de moi. J’étais entre les deux, Dovi qui me poussait et Valentino qui recommençait à forcer car je me rapprochais.
D’habitude, quand on s’entraîne avec Valentino et que vous vous rapprochez, il a quelque chose en plus. Même la semaine dernière, je l’ai rattrapé dans un virage, et j’ai fini devant lui car je l’ai sorti. Donc j’ai pensé « ok, c’est la dernière fois qu’on s’entraîne ensemble ». (rires)

Et à la fin ,je n’ai pas voulu reproduire cette situation car j’étais heureux de ce super résultat: me rapprocher de lui était trop risqué. Je suis heureux de cette seconde place, même d’une troisième. Mais la seconde est meilleure. (rires) »

Applaudissements de la salle de presse (très rare) et de Rossi et Dovizioso!

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments