Aragon, conférence de presse qualifications : Andrea Iannone



Invité surprise en première ligne, Andrea Iannone a répondu aux questions de la presse.

Nous vous proposons une traduction de l’intégralité de ses réponses.

Une performance brillante, mais comment va votre épaule?

Andrea Iannone: « C’est une très belle performance aujourd’hui et, avant de venir ici, je pensais que ça allait être un week-end très difficile pour moi car je souffre beaucoup de mon épaule gauche. Mais bon, j’ai essayé de gérer durant les deux premiers jours et je suis très heureux du résultat.
D’une autre côté, je suis très content de la moto car le début du week-end a été un peu difficile mais le deuxième jour, en FP3, les sensations sont bien revenues  et ont continué à s’améliorer en FP4, et c’est très important pour la course. J’en suis très content. »

La course va être longue et exigeante pour votre épaule…

Andrea Iannone: « Oui, c’est une très belle piste et une de mes préférées. Je suis très content de piloter dans un tel endroit, mais bien sûr, ce sera une course très difficile pour moi demain car la douleur, après 10 ou 11 tours, devient très forte. Mais j’essaierai de gérer au mieux cette situation et je pense que la clinique mobile m’aidera un peu pour la course, car aujourd’hui, je n’ai pas utilisé d’anti-douleurs. J’espère donc que ça ira un peu mieux demain. »

Vous allez vous faire opérer après la fin de saison…

Andrea Iannone: « J’aurai évidemment une opération seulement en fin d’année car je me bats pour la quatrième place au championnat et c’est très important pour moi. Je veux donc finir le championnat comme ça. »

Votre douleur est-elle plus vive sur la moto ou après? Avez-vous assez de force pour piloter la moto?

Andrea Iannone: « Par rapport à ma première blessure à la même épaule, celle-ci est mieux car je n’ai pas beaucoup de douleur quand je ne pilote pas. Dans la vie normale. Mais quand je pilote, et en particulier sur cette piste, avec ses freinages sur l’angle, quand je force, et ce n’est pas possible de ne pas forcer en course, je ressens une douleur. Mais je pense que Michele Zasa, l’homme de la clinique mobile, améliorera ma situation demain. Enfin, j’espère. »

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de

Articles recommandés

Facebook

Applications

Disponible sur Google Play
Disponible sur Apple App Store