Riche interview de Livio Suppo sur……. presque tout !



Dans une interview accordée (avant Misano) à Guido Guenci pour le site Red Bull, Livio Suppo aborde généreusement tous les sujets qui concernent Honda, en cette année beaucoup moins faste que les précédentes.

Nous en avons extrait uniquement quelques réponses principalement d’ordre technique, expliquant les petites erreurs commises en 2015 et les prévisions pour la saison prochaine avec les pneus Michelin.

Mais l’interview complète, beaucoup plus riche et publiée en deux parties, est extrêmement intéressante car Livio Suppo y aborde tous les sujets, des plus personnels aux plus polémiques, avec recul, franchise et humanité, tout en faisant des comparaisons intéressantes et en quantifiant certains éléments. Nous ne saurions donc que trop vous en recommander la lecture complète ici et (uniquement en italien).

Extraits…   

Avez-vous compris où vous vous êtes trompés?

Livio Suppo: « Du point de vue du développement de la moto, nous avons un peu été induit en erreur par les essais hivernaux réalisés à Sepang. Heureusement, l’année prochaine il n’y en aura qu’un seul, au lieu de deux ces dernières années, et nous en aurons aussi en Australie et au Qatar. Sepang est un circuit très spécial, où il fait très chaud. Si une moto fonctionne bien à Sepang, cela ne garantie pas qu’elle fonctionne bien ailleurs. Ce fut malheureusement notre cas: la moto qui a été vraiment rapide lors des deux essais à Sepang a été beaucoup plus difficile à utiliser sur d’autres pistes. 
Ensuite, la réglementation qui fige les moteurs en début d’année ne nous a pas aidés. Mais c’est une vieille histoire et il est inutile d’en parler, peut-être parce que, l’année dernière, la même règle nous avait favorisés. C’est une règle que, en tout cas, je n’aime pas. 
Autant Honda que Yamaha sont des motos d’un très haut niveau, et en voulant les faire progresser, il est plus facile de les détériorer que de les améliorer. Il y a des problèmes dont vous rendez compte pleinement seulement après être allés sur différentes pistes et fait plus de courses, et, arrivé à ce point, il est alors difficile de récupérer. »

Pourquoi ce nouveau châssis ne fonctionnait pas?

Livio Suppo: « Mah. Même là, la réalité est que, en définitive, les différences sont minimes. On parle de rigidité, de … choses que vous et moi, qui ne sommes pas techniciens, si on regarde le cadre en question pour le comparer avec l’ancien, si on le pèse, si on le mesure… et bien, si on ne nous dit rien, nous penserons qu’ils sont identiques. Nous parlons de petites choses et c’est aussi pour cela qu’il est finalement difficile d’améliorer. Parce que, au milieu des datas, il est difficile de voir, ou même on ne voit pas, ce qui donne plus de confiance au pilote, de sorte qu’il puisse pousser plus fort. Et que peut-être qu’un changement sur le ​​papier ou sur l’écran d’un PC semble infime, mais s’il donne plus de confiance au pilote, cela peut se traduire par un gain d’une demi-seconde au tour. Et c’est une des raisons pour lesquelles ce sport est très difficile, mais passionnant; parce que tout dépend d’une combinaison unique et de la symbiose moto-pilote. »

2016, la grande révolution; électronique unique, 22 litres, nouveau fournisseur de pneus. Commençons avec le logiciel: où en est le développement?

Livio Suppo: « On a commencé ce travail « à 6 mains », Yamaha, Ducati et nous, pour essayer d’implémenter le logiciel actuel Magneti Marelli, mais nous ne sommes pas encore allés en piste avec ce que l’on eut appeler des premières expériences. 
Honnêtement, je ne suis pas technicien et ne peut pas dire où nous en sommes, je ne peux qu’espérer que, entre maintenant et quand la prochaine saison, nous allons commencer à augmenter le niveau actuel du logiciel qui est assez éloigné de celui des Factory. Mais personnellement, je ne pense pas que ce sera le plus grand et le plus délicat changement pour l’année prochaine. »

Retour de Michelin, en tant que nouveau fournisseur unique. Avec qui vous avez eu personnellement un précédant intéressant…

Livio Suppo: « Eh bien oui, mais comme je l’ai dit à plusieurs reprises, le choix fait à l’époque par Ducati (passage de Michelin à Bridgestone, choix dont Suppo était le principal promoteur) était dicté par le fait même que, étant une petite équipe par rapport aux géants japonais, avec moins d’expérience, nous devions essayer d’autres cartes. Nous n’avons pas abandonné les Michelin car ils n’étaient pas bons, mais nous devions faire un pari pour nous différencier de la concurrence, en espérant pouvoir la battre. Dans ce cas précis, nous avons gagné, et en fait, l’histoire dit que Michelin était alors le numéro 1, et après quatre ans, je crois, Michelin a quitté le Mondial. »

Cependant, c’était une décision réfléchie depuis longtemps, et prise seulement après analyse de la performance des Bridgestone.

Livio Suppo: « Oui, bien sûr. Mais rappelez-vous comment, après une seule séance de la première épreuve en Bridgestone à Jerez, Loris est rentré aux stands heureux au sujet du pneu avant, qui fonctionnait très bien. Cette caractéristique est restée au fil des ans. »

Les caractéristiques Michelin sont différentes, et le point central sera l’attitude des pilotes et la rapidité de leur capacité d’adaptation à ces caractéristiques différentes.

Livio Suppo: « Si les pilotes essayent d’avoir un pneu qui fonctionne comme le Bridgestone, à mon avis, cela n’arrivera jamais, et nous devons donc voir quel pilote sera juste plus fort pour s’adapter. C’est comme, sur 4 roues, piloter une Porsche qui a le moteur en porte à faux arrière, ou une Lotus qui l’a en position centrale: les deux sont rapides, mais vous devez apprendre à les conduire. 
Michelin a un pneu arrière qui est historiquement très bon, l’avant est différent de celui de Bridgestone, et ce sera le plus grand point d’interrogation pour l’année prochaine. Cela dépendra beaucoup du pilote, parce que je ne pense pas que les motos pourront beaucoup s’adapter, vous pouvez faire quelque chose en terme de set-up, mais pas beaucoup. Ce sera plus une question de pilotes, et jusqu’à ce que nous commencions à faire des tests, on ne pourra pas vraiment comprendre beaucoup. »

Est-ce que cela pourra modifier les équilibres actuels?

Livio Suppo: « Oui, cela pourrait modifier les équilibres. J’insiste surtout à propos des gommes. Pour le logiciel unique, la valeur (des teams) restera à mon avis la même, même si dans le cas présent, ce logiciel représente un pas en arrière pour nous et Yamaha. Avec les gommes différentes, la hiérarchie en piste pourrait par contre changer.
Parce que le pneu avant Michelin s’adapte peut-être beaucoup mieux aux caractéristiques de pilotage de, de ce que j’en sais, Bradley Smith, qui est un (pilote) qui va déjà fort mais pas encore aussi fort que les 4 de devant, et voilà que Smith progresse dans la hiérarchie. Je vois (la saison prochaine) toutefois difficile parce que, d’autre part, des quatre, seul Marc n’a jamais couru avec les Michelin. »

Vous pensez que cela donnera un avantage à Rossi, Lorenzo et Pedrosa sur Marquez?

Livio Suppo: « Je ne sais pas, je l’espère pas et je ne pense pas, parce que tant d’années se sont maintenant passées  avec les pneus Bridgestone, et ce ne sera pas facile, même pour eux, de revenir en arrière d’un seul coup. Tel que je le comprends, et je ne suis pas un pilote,  le sentiment qui donne le pneu avant Bridgestone est incroyable, et c’est une opinion plus ou moins partagée par tous les pilotes. Même ceux qui ont couru avec Michelin dans le passé, se sont habitués à ce feeling au cours de ces dernières années, et devront apprendre à moins forcer, à moins oser avec le pneu avant en attaquant tout de même. » 

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de