Dani Pedrosa : « aujourd’hui, j’ai gagné mais surtout, je me suis amusé ! »



Mis sous l’éteignoir par son équipier depuis plus de deux ans, Dani Pedrosa n’avait plus gagné la moindre course depuis Brno 2014.

Mais aujourd’hui, au terme d’une remontée incroyable sur les pilotes Yamaha, l’Espagnol a renoué avec le succès.

Une course menée de main de maître par celui qui, au lendemain du premier Grand Prix de la saison, avait failli mettre un terme à sa carrière. Marre de rouler blessé, marre de souffrir, il était alors au fond du trou.

Mais aujourd’hui, comme il le signalait lors de la conférence de presse, il a retrouvé le plaisir de rouler.

MGP : Dani Pedrosa, au moment de vous élancer pour la course, vous vous attendiez à une course pareille ?

DP : « J’étais un peu inquiet au début de la course parce que lors de mon tour de mise en grille, avec le pneu arrière dur, je me sentais plutôt bien. J’étais sur la grille avec mes mécaniciens et je me demandais si je devais changer de pneu puisque je voyais tous les autres avec le pneu soft à l’arrière.  A la fin, on a décidé de changer et de partir avec le soft. Mais alors, je suis parti avec un pneu complètement neuf et le feeling n’était pas extraordinaire lors du tour de chauffe. Du coup, j’ai été très prudent lors des premiers tours parce que je ne pouvais pas vraiment pousser. Je savais que c’était important pour la fin de la course parce qu’il y a beaucoup de grosses accélérations et que notre machine est très agressive à l’accélération. Je n’étais pas si lent mais Jorge était très rapide et mon retard était tel que je ne m’imaginais pas revenir. Mais j’ai pu conserver mon rythme alors que celui des leaders chutait.

La trajectoire séchait et j’ai essayé de ne pas stresser mon pneu avant lors des freinages. Petit à petit, je suis revenu sur Dovizioso. Je me disais que c’était déjà bien d’être revenu sur le podium mais c’était difficile de penser que j’allais pouvoir revenir sur Jorge parce que je ne le voyais même pas. Mais tour après tour, je me suis rapproché parce que j’ai su conserver mon rythme. J’ai essayé de rester calme, de changer un petit peu ma trajectoire pour rester sur le mouillé.

Les derniers tours étaient supers car ça fait longtemps que je n’avais plus gagné. Je suis très content d’avoir gagné pour ma famille, mes amis, mes médecins et kinésithérapeutes qui ont attendu pendant autant de temps ».

MGP : Après le Qatar, on ne pensait pas vous revoir là. Vous revenez de loin !

DP : « Oui ! Depuis ce jour-là, j’ai fait un paquet de trucs pour revenir et être là où je suis aujourd’hui. Plus encore que la victoire, ce qui est important aujourd’hui, c’est que je me suis amusé en course. C’est le bon côté du MotoGP quand tu peux t’amuser en course comme ici ou en Aragon avec Valentino. Sur le sec, l’histoire aurait probablement été différente car les pilotes Yamaha avaient un excellent rythme mais voilà, il a plu et j’ai pu offrir à Honda la victoire dans sa course à domicile ».                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                      

MGP : Depuis quand ne vous êtes-vous plus senti dans un tel état de forme ?

DP : « Depuis 2013 car la saison dernière, j’ai pu gagner une course mais j’étais dans un mauvais état physique. Je souffrais énormément. Même à Brno, lors de ma dernière victoire, je ne m’étais pas amusé car j’avais trop mal sur la moto.  Mais aujourd’hui, c’est différent car physiquement, sur piste humide, ce n’est pas aussi exigeant que sur le sec, donc vous pouvez vous concentrer plus sur le pilotage. Techniquement, il faut travailler car sur le sec, nous sommes clairement derrière ».

MGP : La course en Aragon vous a-t-elle donné un extra de confiance ?

DP : « Oui c’est certain mais en même temps, aujourd’hui, on savait que sur le sec, nous n’aurions pas pu suivre les Yamaha. Alors oui, Aragon nous a donné un sentiment général positif mais on connaît aussi les limites de notre moto et on sait que nous devons être vraiment concentrés pour avoir une chance de nous battre avec nos concurrents ».

MGP : Comment vois-tu la bataille pour le titre ?  

DP : « Très compliquée, je pense que la situation est très compliquée pour l’un comme pour l’autre. Essayer de ne pas commettre d’erreur tout en restant à la limite c’est quelque chose de difficile à faire. On voit qu’ils aiment piloter leur moto car ils arrivent à la limite sans la dépasser. En même temps, ils ont deux styles de pilotage différents. Leur bataille ne dépend pas que de leurs points mais aussi de ce que les autres sont en mesure de faire ».

Stay tuned!

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de