Motegi, conférence de presse post-GP: Jorge Lorenzo, "malchanceux" !



A Motegi, Jorge Lorenzo a craqué. Dominateur lors des essais libres, il s’est fait rattraper par son coéquipier en FP4 et en qualification. Dominateur lors du début de course, il a craqué, non-pas quand Dani Pedrosa l’a dépassé, mais quand son unique adversaire au championnat l’a rejoint.

Etait-ce le tournant du championnat? Seul l’avenir le dira mais ce nouveau recul sur ce diable de Rossi lui complique un peu plus la tâche et, donc, augmente la pression sur ses épaules: un domaine où il est beaucoup moins dominateur que sur la piste…

Nous vous proposons ici une traduction de l’intégralité de ses réponses en conférence de presse post-GP.

Jorge Lorenzo: « Oui, je suis déçu car, à nouveau, les conditions ne nous ont pas aidés à obtenir le meilleur résultat. D’abord parce qu’il pleuvait et que je crois que sur le sec, j’étais le plus rapide et celui qui avait le meilleur rythme. Il pleuvait et, au final, j’étais aussi le plus rapide et le plus régulier, sous une vraie pluie. Mais cette fois encore, les conditions ont changé et c’est pourquoi je n’ai pas pu gagner la course.  J’étais très rapide et concentré, et j’ai fait plus ou moins la même course qu’Antonelli et Zarco, mais je n’ai pas eu la même chance qu’eux, de rouler sous une vraie pluie. »

Avez-vous trop forcé en début de course?

Jorge Lorenzo: « Oui, bien sûr, si j’avais su que la piste allait sécher, je n’aurais pas forcé autant en début de course, mais je pense que chacun croyait que la piste allait rester mouillée durant toute la course et j’ai fait ce que j’avais à faire. Je n’ai juste pas eu de chance à cause des circonstances, comme plusieurs autres fois cette année.
C’est pourquoi nous avons perdu des points, mais, finalement, dans cette situation difficile, nous avons fait le maximum pour ne perdre que 4 points. Par exemple, j’aurais pu perdre 20 points si j’étais tombé au virage #3. J’ai donc bien préservé l’essentiel et, finalement, nous sommes meilleurs que jamais, sur le sec mais aussi sur le mouillé, ce qui implique que nous sommes capables de nous battre pour les 3 victoires lors des prochains Grands Prix. Ceci me donne la confiance et la croyance que nous pouvons encore gagner le championnat, et je veux y croire jusqu’à la fin. »

Vous aimez Phillip Island…

Jorge Lorenzo: « Phillip Island est spécial. Il y fait toujours froid, il  ya du vent et il peut aussi y pleuvoir. Mais je suis à peu près confiant dans ces conditions et peut-être que la chance pourra nous rejoindre lors des prochaines courses. Tout est possible et on verra bien… »

Vous dîtes que vous n’avez pas de chance. Pensez-vous que, pour le moment, vous êtes battus seulement à cause de ce manque de chance?

Jorge Lorenzo: « Au Qatar, j’ai eu ce problème avec mon casque. Lors d’autres courses, j’étais le plus rapide sur le sec et il s’est mis à pleuvoir, et je n’ai donc pas pu profiter de ma vitesse sur le sec pour engranger 25 points. Cela, lors de 2, 3 ou 4 courses. Et aujourd’hui, j’étais le plus rapide sur le sec et sur le mouillé, mais la piste a séché et je n’ai pas pu gagner cette course alors que je croyais pouvoir le faire.
Donc oui, à ce moment précis du championnat, mais aussi en général, je suis le plus rapide cette année, à cause de la moto, de ma vitesse, de ma concentration. Les circonstances ne nous aident pas pour le moment, mais peut-être  que cela changera lors des prochaines manches. »

Pensez-vous que les winglets aient joué un rôle dans l’état de votre pneu avant?

Jorge Lorenzo: « Je les ai utilisés en qualification à Misano mais pas en course alors que Valentino les a utilisé en course.  Ici, je les ai utilisés au warm up et en course (et pas Vale). La prochaine fois, ce sera son tour (rires). » 

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de