Philip Island, Lorenzo : « Marquez et moi sommes les plus rapides mais… »



Le countdown est lancé, les mots sont comptés, pesés, tout le monde marche sur des œufs, la pression est à son comble pour les pilotes, le moment est enivrant pour les journalistes.

Avec 18 points de retard sur Rossi avant de disputer les trois dernières courses de la saison, Jorge Lorenzo sait qu’il n’a plus son sort entre les mains mais il veut y croire.

De son côté, le double Champion du Monde n’hésite pas à rappeler qu’il est le plus rapide et que seule la chance l’a empêché d’être devant.

Du côté de son adversaire, on n’hésite plus à mettre en avant l’intelligence comme raison de l’avance au championnat.

Tout ça est de bonne guerre et au final, on se réjouit que les trop bonnes manières tombent un peu au profit de la seule lutte pour le titre.

Comme Wayne Rainey a dit un jour en substance : « avant on s’insultait mais on se respectait, maintenant, les pilotes sont en plastique! On est poli mais on ne respecte plus »

MGP : Vous venez d’une course où tout n’a pas fonctionné correctement. Est-ce que ça peut vous influencer?

Beaucoup de choses se sont produites ces derniers mois, mais maintenant nous sommes à la fin, je dois gagner pour récupérer des points et avoir une chance de jouer le titre. C’est le but, mais je ne suis pas concentré uniquement sur le résultat: nous devons continuer à travailler comme on l’a fait jusqu’à maintenant.
Le passé c’est le passé, penser aux courses où les choses ne se sont pas bien passées n’aide pas. Je suis concentré sur le futur parce que je me sens bien, que la moto va fort et que je suis en forme.

MGP : Vous avez la pression?

Si je ne devais pas remporter le Championnat, ça ne serait pas la fin du monde mais je dois essayer de le faire, même si je sais que le reste dépendra de la Valentino.
MGP : Avec qui vos relations semblent s’être dégradées?
Nous sommes deux champions qui veulent la même chose, il peut y avoir un peu de tension, mais avoir Rossi comme adversaire, ne change rien, ce serait la même chose avec un autre pilote.
MGP : A Motegi, vous vous êtes chamaillé sur la question de la chance
Nous avons des opinions différentes. Mais je pense qu’il a été malchanceux en 2006, il était la plus fort mais il a perdu. Ma situation est quelque peu différente, parce que Valentino est le plus grand pilote de tous les temps, Hayden ne l’était pas. Mais ce n’est pas toujours le plus rapide qui gagne.
MGP : Alors, qui est le plus fort en ce moment?
Marquez et moi, sommes les pilotes les plus rapides mais ça ne signifie pas toujours arriver devant. Il y a tellement de facteurs qui interviennent.

Stay tuned!

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

1
Poster un Commentaire

1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
0 Auteurs du commentaire
  S’abonner  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Notifier de

[…] Download Image More @ http://www.gp-inside.com […]