Marc Marquez : « un face à face ? Je ferai attention mais je ferai ma course ! »



Ce soir, en Australie, Marc Marquez a joué un sacré tour à Lorenzo en venant se placer en pole position.

Si à cela vous ajoutez le fait que Lorenzo a donné à deux reprises le bâton pour se faire battre à Andrea Iannone, les éléments semblent donc réunis pour que le majorquin ne s’échappe pas de suite devant.

Pourtant, demain, il devra gagner mais sur son chemin, il pourrait retrouver Marquez qui ne compte pas s’attendrir parce que ses deux principaux rivaux se disputent le titre de Champion du Monde.

Toutefois, comme il l’a rappelé,  il n’a pas d’indication quant à l’état de sa main au bout de 27 tours. Il a la vitesse mais pourra t’il arbitrer la partie que se livre les pilotes Yamaha? C’est ce que motogp.com a essayé de savoir tout au long de la conférence de presse.     

MGP : Après des weekends décevants au Motegi et en Aragon, vous vivez un bon weekend ici à Philip Island.

MM : En effet, on dirait qu’ici, mon niveau est bon. Je me sens bien, je me sens fort contrairement au Motegi où je ne me sentais pas à 100%. Mais demain, les choses pourraient être différentes parce qu’ici, il y a 26 tours d’affilée à boucler. Il faut être prudent avec votre pneu arrière car il se dégrade vite et parce qu’alors, il commence à glisser. Nous avons essayé de trouver le meilleur set-up et honnêtement, aujourd’hui, nous avons apporté une grosse amélioration. Je me sens bien, on verra demain mais c’est certain que le rythme de Jorge n’est pas mauvais et que demain, il fera un pas en avant. Mais bon,  nous allons essayer d’être au minimum sur le podium et si nous pouvons nous battre pour la victoire, nous le ferons.

MGP : Nous avons pu voir que vous avez vécu un moment très chaud au virage 4. Vous avez d’ailleurs secoué la main. Vous avez réagi vraiment très vite.

MM : C’est vrai que j’ai eu chaud. Ça arrive quand vous poussez un peu plus fort. Ma réaction de la main c’est parce que ça m’a procuré quelques douleurs mais ça va, tout est ok.

MGP : Comme l’année dernière, la course aura lieu à 16h, ce qui change pas mal au niveau de la température. Ça peut être crucial ?

MM : En effet, ça peut être une des clés de la course. Il faudra essayer de comprendre les conditions de la piste, le vent et plus spécialement les implications de la température. La saison dernière mes temps commençaient à ralentir au moment où j’ai chuté. Mais je pense que cette année, l’asymétrique fonctionne mieux parce que le centre est plus tendre et donc, ça devrait passer mais bon, on ne sait jamais. Nous allons essayer de terminer la course parce qu’en MotoGP, je n’en ai pas encore terminé une seule ici en Australie.

MGP : Philip Island est un circuit où vous n’avez jamais gagné. Pourquoi et pensez-vous que vous pouvez vous imposer demain ?

MM : Pourquoi, je ne sais pas parce que c’est un de mes circuits favoris et je me m’y sens toujours fort. En 2013, on se souvient de ce qui s’est passé, en 2014, j’étais leader avec quatre secondes d’avance au moment où j’ai chuté. Je vais essayer de réussir une bonne course mais c’est certain que ce sera compliqué parce que Jorge aura quelque chose en plus, notamment parce qu’il se bat pour le titre. Nous allons essayer de bien gérer la course. Le minimum c’est être sur le podium mais bien entendu, si c’est tout au-dessus, c’est encore mieux.

MGP : Si demain, vous devez vous battre au corps à corps avec Lorenzo ou Rossi, aurez-vous en tête qu’ils jouent le championnat ? (Attention, ici la gestuelle prend tout son sens)

MM : Oui (dans une réponse qui ne semble pas la plus sincère jamais délivrée par Marc et avec un petit sourire sous cape embarrassé) si vous avez un face à face dans le dernier tour, vous devez faire un peu attention. On essayera de ne pas faire comme à Jerez 2013 (tape amicale dans le dos de Lorenzo). Nous ferons attention mais (Marc reprend de l’aplomb) nous ferons notre course et nous essayerons d’être devant eux. Ok ce sera difficile mais bon, si c’est le dernier tour, au point de freinage, il faudra être net.  

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook     

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de