Phillip Island : 5ème meilleur temps en course, Jules Danilo se fait percuter par son coéquipier



Après deux courses où Jules Danilo n’arrivait pas à trouver la confiance sur la moto, Phillip Island devait mettre un terme à cette mauvaise passe. En réalisant le cinquième meilleur temps en course, et le meilleur second partiel, le pilote Ongetta mettait toutes les chances de son côté pour y parvenir. Mais c’était sans compter sur la malchance, une fois de plus présente cette saison…

Puisque le manque de résultats a tendance à faire oublier la présence de performances, nous avons contacté Jules Danilo avant le décollage vers la Malaisie, afin qu’il nous explique les raisons de cette nouvelle déception.

GP-Inside : Jules, tu te battais avec les meilleurs pour rentrer dans le top 10 et, subitement, tu as disparu des écrans. Que s’est-il passé ?

Jules Danilo : « Je fais un bon départ mais également une petite sortie de piste au début car un pilote écarte devant moi. Je suis alors vingt-troisième puis en un tour je passe dix-huitième. A partir de ce moment je parviens à faire plusieurs tours en 1’36 (ndlr : moyenne du groupe de devant en 1’37), ce qui me permet de recoller au groupe de devant. Je me retrouve onzième, juste derrière le groupe de tête.

Malheureusement, mon coéquipier, Niccolo Antonelli, se fait surprendre dans un virage rapide, il sort dans l’herbe, et au moment où il revient sur la piste, il me percute. C’était un choc violent, il a cassé les fixations de carénages et m’a arraché le slider. J’ai tiré tout droit et la moto s’est éteinte dans le bac à graviers. »

GP-Inside : Tu n’es pas blessé ?

Jules Danilo : « Non, je ne suis pas blessé mais dégouté. C’était l’occasion de faire un bon résultat même sans les chutes, car j’avais un bon rythme. Au warm-up, j’étais parvenu à faire 8 tours en 1’37, en pneus usés, donc je savais que, même en fin de course, je pouvais être rapide. Dans l’ensemble, ça reste un week-end positif, mais il faudrait concrétiser un jour. »

GP-Inside : Est-ce que cela a entaché la relation que tu as avec ton coéquipier, qui le sera toujours l’an prochain ?

Jules Danilo : « Sur le coup, forcément, j’étais assez énervé mais il n’y est pour rien. C’est une grande courbe rapide, quand il revient sur la piste, il ne peut rien faire, et moi je suis juste derrière. »

GP-Inside : C’était bien parti pour stopper cette série noire, mais une fois de plus cette saison, la malchance est passée par-là… Comment va le moral aujourd’hui ?

Jules Danilo : « C’est sûr que ce n’est pas très agréable, il y a eu beaucoup de malchance cette année. Beaucoup de fois où je me suis fait tamponner. Ça, plus ma façon d’aborder les derniers tours et celle d’évoluer dans un groupe. Ce sont deux points à travailler. Quoi qu’il en soit, encore une fois, je ne figure pas sur le classement final. »

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter

 

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de