Valentino Rossi et Ducati, c’est fini ou presque !



Valentino Rossi c’est 9 titres de champion du monde, 105 victoires, 175 podiums, 59 poles, 86 meilleurs tours en course, mais aussi l’award du meilleur come-back pour son retour à la compétition, après son accident du Mugello, en 2010.

Cet award, il l’avait gagné en l’espace de 6 courses ou il avait réalisé, une sixième position, une cinquième, une quatrième, quatre troisièmes, une deuxième et une victiore !

Mais 2010, c’est aussi la saison de la cassure nette entre un Valentino Rossi qui gagne et un Valentino Rossi, en 2011, qui n’arrive plus à gagner, ni même à être convaincant.

Evidemment, ses détracteurs ont eu vite fait d’estimer qu’il n’avait pas  le talent qu’on lui avait prêté durant toutes ces années, mais on ne se transforme pas, du jour au lendemain un pilote capable de gagner un award à un looser de fond de grille.

Cependant, un échec doit être constaté, celui de l’incompatibilité entre la Desmosedici, qu’elle se nomme GP11, GP11.1, GP0 ou GP12 et Valentino Rossi.

Jusque-là, les sourires de façade avaient masqué le mal être du Dottore comme celui de Borgo Panigale, mais aujourd’hui, à l’issue d’une course terminée à la dixième place et en bon dernier des ducatistes, Rossi a craqué et ses déclarations vont plus que probablement signifier, la fin de la collaboration avec Borgo Panigale à la fin de cette saison.

Preziosi hier, avait fait comprendre, à mots couverts, que la responsabilité de l’échec de cette union était collective (lire ici) mais ce n’est pas l’avis de Rossi et il vient de le faire comprendre à Matteo Aglio, notre excellent confrère de gpone !

Avec cette interview, l’Italien va se brouiller, parce que nous n’imaginons pas un seul instant que les personnes visées puissent faire comme si de rien n’était, avec l’entièreté de Borgo Panigale. Que ce soit la direction, Preziosi, son équipier, Nicky Hayden ou Barbera. Seul Abraham a été épargné !  

Destruction du projet  « Nos espoirs se sont tous envolés l’année dernière ».

Au tour de barbera : « Lors de la première partie de la course, Barbera m’a passé avec une attaque dure qui m’a poussé dans l’échappatoire, mais Hector n’a que cet objectif-là, être devant moi, sa position ne l’intéresse pas.

A ce moment, j’ai pensé rentrer aux stands et mettre fin à ma course, si je ne l’ai pas fait c’est seulement par respect pour mes mécaniciens, afin de recueillir des données utiles ».

Preziosi et le reparto Corse : « Chez Ducati, on n’a pas suivi la voie que je leur ai indiqué, je ne suis pas ingénieur et je ne peux pas résoudre tous les problèmes ».

Nicky Hayden : « Ca n’aurait pas changé grand-chose pour moi d’être sixième, ce n’est pas un objectif attrayant, je vise au minimum le podium. Je n’arrive pas à piloter, je suis plus fort avec des pneus usés qu’avec des nouveaux. L’arrière pousse beaucoup, les choses s’améliorent un peu une fois que les pneus commencent à glisser. Je n’ai aucune confiance, je ne peux même pas faire une différence par rapport à Nicky, qui, cependant, après avoir tout donné, termine avec 28 secondes de retard sur Lorenzo, mais ça lui convient ».

La collaboration : « Les problèmes de la Desmosedici sont toujours les mêmes, tout comme mes demandes. La moto est impossible à conduire, et ce, quel que soit le tracé, je ne peux pas l’inscrire en courbe, je ne peux pas freiner et tout ça ne pourra même pas changer avec les nouveaux pneus que Bridgestone amènera. Ce sont des défauts qui ne peuvent être résolus avec des réglages ».

Des commentaires supplémentaires seraient superflus, si ce n’est peut-être que ces déclarations vont donner corps aux rumeurs persistantes de divorce comme celle que nous vous relations vendredi et qui donnait Valentino Rossi, avec CocaCola, sur une M1 (lire ici).  

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook 

Source: GPone

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de