Valentino Rossi persiste mais veut avancer avec Ducati



Au soir du premier grand prix de la saison, Valentino Rossi avait des mots très durs envers Ducati. Des mots qui sonnaient, à nos oreilles, comme les bases d’un divorce.

Mais on sait aussi qu’un divorce, même à l’amiable, ne serait certainement profitable pour aucune des parties, alors, aujourd’hui, si Valentino Rossi n’a pas adoucit sa pensée, il a tout de même conclut son interview, accordée à motosprint, par une note positive.

Il voudrait que le reparto corse de Borgo Panigale continue à travailler sur l’amélioration de cette moto qui ne lui convient absolument pas.

Valentino Rossi : « L’âge vous pénalise, c’est vrai, mais une année difficile ne vous fait pas oublier la façon de rester avec le peloton de tête. À mon avis, je sais encore comment le faire.

On sait très clairement qui fait notre moto. Preziosi est le patron et la tête pensante qui se trouve derrière tout, c’est à lui de nous aider.

Nos problèmes sont très clairs: ce qui ne fonctionne pas à l’arrière, à l’accélération, à mon avis vient de l’avant, et la cause est le sous-virage.

Lors de l’entrée en virage, en raison de quelque chose que nous ne connaissons pas, l’avant ne nous permet pas de tourner.

La chose la plus  incroyable est que cette caractéristique est similaire à toutes les Ducati que j’ai pilotées depuis 2010: Qu’il s’agisse de la version sans châssis, de celle avec l’avant en carbone, de celle avec l’avant en aluminium, ou de l’actuelle … Ça n’a jamais changé, c’est incroyable !

Le moteur est un autre problème très important. Nous avons besoin d’un moteur plus facile à manœuvrer. Le nôtre est très agressif, plus que le Honda et beaucoup plus que le Yamaha.

En poussant dans la direction de la performance optimale, vous pouvez finir par un peu négliger la maniabilité. C’est une erreur. Vous n’avez pas besoin de toute cette puissance si vous ne pouvez pas en profiter !

Si nous travaillons bien, nous sommes en mesure de nous battre pour la cinquième ou sixième place. Ce n’est pas très excitant: si vous devez vous battre pour la cinquième place, peu à peu vous perdez votre enthousiasme.

En pilotant de la sorte, vous perdez la joie de rouler. Outre l’ego, lorsque vous savez que quand vous montez sur la piste et qu’à la régulière vous êtes battu, ça devient dur. Et si vous ne vous amusez pas sur la piste, tout le reste devient encore plus lourd.

Nous devons essayer, tous ensemble, de faire du mieux que nous pouvons pour arriver à la fin de l’année avec une moto nettement améliorée. Ce serait la meilleure chose, car ça nous permettrait de résoudre de nombreux problèmes ! »

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de