Zeelenberg prône la patience de Lorenzo pour apprivoiser les Michelin



Alors que son poulain est fraîchement couronné, Wilco Zeelenberg, team manager du côté 99 du box Yamaha est revenu, pour crash.net, sur la nouveauté majeure qui animera à coup sûr les débats du début de saison : les nouvelles gommes Michelin.

Si les premiers tours de roue de Lorenzo n’ont pas été les plus convaincants de toute sa carrière au niveau de ses chronos, il est tout de même un des seuls, avec son équipier, à ne pas avoir chuté durant la séance de tests à Valence.

Le Champion du Monde apprend à connaître les nouvelles gommes et pour Zeelenberg, ce travail calme et méticuleux est une des clés pour passer le cap.

« Lorenzo  a fait très attention. C’est très important de ne pas prendre trop de risques et d’y aller étape par étape, parce que fondamentalement, les pilotes utilisent tout le temps du matériel défini et préparé et là, tout à coup ils doivent utiliser quelque chose d’entièrement nouveau qu’ils ne connaissent pas mais qu’ils doivent pousser à la limite.

L’autre difficulté pour ces pilotes est que, comme nous l’avons vu au cours de la saison est que vous commencez d’abord par penser que vous pourrez rouler de la même manière qu’avec les Bridgestone. Mais nous avons rapidement constaté que ça ne marchait pas comme ça, pour Jorge mais aussi pour tous les autres pilotes. Il est donc clair que nous devions procéder d’une manière différente.

Tout d’abord, après la dernière course, à Valence, il y avait un jour sans test de manière à ce que les pilotes puissent effacer de leur tête le rythme en Bridgestone et pour nous permettre d’adapter le set-up de la machine pour répondre aux exigences des pneus Michelin. Nous ne l’avions pas encore fait auparavant puisque jusque-là, lors des tests, nous enlevions simplement les Bridgestone pour passer les Michelin ».

Le feedback que les pilotes ont donné aux ingénieurs est d’une importance capitale pour opérer les bons choix cet hiver. On savait Rossi assez doué dans cet exercice mais pour Zeelenberg, il en va de même pour Lorenzo.

« En fait, il est assez bon dans cet exercice, parce qu’il est en mesure d’être rapide avec n’importe quel type de set-up. Ainsi, même quand ses motos sont complètement différentes, il a un très bon rythme avec les deux.

Mais d’un autre côté, il sentait très bien la limite avec les pneus Bridgestone alors qu’avec les Michelin, il a besoin d’apprendre où se situe la limite parce que le problème est qu’ils ne donnent pas autant d’avertissements.

C’est pour tout le monde à l’heure actuelle. Voilà pourquoi vous voyez beaucoup de chutes. Les pilotes ne sont pas assez patients ».

Source: Peter Mc laren pour Crash.net

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de