Nicky Hayden (re)découvre les freins en acier, et les compare au carbone!



Nicky Hayden a participé à 216 Grands Prix en catégorie MotoGP, la plupart avec des disques de frein en carbone.

La saison prochaine, en World Superbike, pour la première fois en plus d’une décennie, l’ancien champion Superbike AMA va courir toute la saison avec des disques métalliques. 

A la suite des premiers essais de sa Honda CBR1000RR Ten Kate équipée de freins Nissin, l’ancien pilote Aspar avait déclaré: « Les freins en acier ont fait du chemin. »

Dans une interview accordée au site Motoamerica, Nicky Hayden a comparé disques carbone et disques acier, au meilleur moment pour cela.

Il convient toutefois de préciser que, moyens financiers obligent, seuls les caches-disques de 320mm étaient disponibles chez Aspar, ce qui excluait l’utilisation des disques de 340mm, du moins par temps froid.

Nicky Hayden: « Quand vous les prenez, les freins en acier sont assez agressifs. La première partie du freinage est très puissante, parfois même plus forte qu’avec le carbone. Mais quand vous faites vraiment un freinage profond et dur, c’est là où le carbone fait la différence. Les freins en carbone offrent plus de sensations, vous pouvez les moduler plus facilement. A la fin de la zone de freinage, l’acier est un peu plus on/off.

Le carbone a vraiment besoin d’être chaud, en fonction de la piste, des conditions et de la taille des disques. Normalement, vous pouvez faire frotter les freins jusqu’à la fin de la ligne des stands et obtenir 90 pour cent de la chaleur dans les disques.

Sur une piste comme Phillip Island en Australie, qui peut être très froide et n’a pas beaucoup de freinages, il est parfois difficile de garder la chaleur dans les grands disques lors des deux premiers tours. Ils étaient plus constants avec des couvertures.

Quand j’étais au HRC,  si vous aviez des problèmes avec les freins, ils avaient juste à mettre les disques de côté et en mettre de nouveaux. Chez Aspar, on n’avait pas ce luxe. On devait parfois rouler le vendredi avec disques anciens et placer les neufs le samedi pour la qualification; ce sont des choses qui se pratiquent, dans une équipe privée.

Il y a eu deux fois où j’ai voulu utiliser les 340mm, mais je n’avais pas les couvertures, donc nous avons utilisé des 320mm avec des couvertures. Un grand nombre de ces petites choses font une différence. Je ne les avais remarquées lors de mon ascension, mais je l’ai définitivement noté en parcourant le chemin inverse.

Le frein arrière (acier) que j’avais sur la Honda Open en MotoGP n’était pas mon préféré. Aspar ne pouvait pas se permettre un disque ventilé, donc nous avons utilisé un disque standard et la puissance de freinage n’était pas assez grande. Ils auraient dû utiliser une combinaison maître-cylindre et étrier qui n’aurait pas surchauffé le disque et les plaquettes. »

Y aurait-il un intérêt à monter des freins carbone en Superbike?

Nicky Hayden: « Vous ne freinez pas aussi loin dans le virage avec le pneu avant Pirelli. Le carbone chargerait davantage le pneu. Le seul endroit où j’ai vraiment remarqué une différence (entre le carbone et l’acier), c’est dans le deuxième virage à Jerez. Dans ce virage, si vous freinez d’un quart de longueur de moto trop tard, vous ne pouvez littéralement pas vous arrêter. Lorsque vous avez besoin de la dernière moindre parcelle de la puissance de freinage, le carbone freine définitivement mieux. »

Scénario inverse? 

Nicky Hayden: « Si vous mettez les freins acier sur une MotoGP, comme nous les utilisons sous la pluie, les distances d’arrêt seraient plus longues. Cela pourrait faire une meilleure course. »

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de