Honda RC213V-S: livraison et conception (2/3)



Le lundi 21 Décembre, la première RC213V-S vendue a été livrée à un important concessionnaire britannique de la marque pour sa collection personnelle.

L’histoire ne dit pas si le brave homme a pu économiser sa marge professionnelle sur le prix affiché de 188 000 euros, toujours est-il que la moto porte le numéro 2 et a été remise au siège de Honda Racing, en Grande Bretagne, où toutes les machines vendues au Royaume-Uni seront préparées et entretenues par des techniciens spécialement formés.

Une vidéo de l’évènement est disponible ici mais nous préférons porter l’attention sur un triptyque expliquant les démarches effectuées pour faire coller au plus près cette moto à celles de Marc Marquez et Dani Pedrosa.

Nous vous proposons aujourd’hui une traduction de la seconde partie.


Le design (propos de Hiroaki Tsukui)

Que vous ont demandé les ingénieurs?

« Cette moto est basée sur la RC213V de course, donc son dessin, sa forme, devait rester aussi inchangée que possible. C’était l’objectif principal à atteindre. Nous n’avons donc fait aucun travail stylistique. Avec les véhicules de production normaux, on commence le développement avec le style et des esquisses, mais là, nous avions déjà le modèle, avec la moto de course du HRC, et nous devions en rester aussi près que possible. »

Le challenge de partir d’un modèle existant

« Dans un sens, cela rend les choses difficiles. Prenons juste un exemple. Ils (les designers) peuvent dire: « si vous faites comme ça, cela peut la faire paraître plus rapide, plus véloce » mais dans ce cas, non, puisqu’on a déjà la moto la plus rapide comme modèle. On a donc fait notre travail en se basant sur ça. Adopter l’approche de conserver quelque chose pour atteindre autre chose était assez difficile, en fait. »

Qu’avez-vous conservé durant le développement?

« Les véhicules de série utilisent des matériaux complètement différents. Par exemple, nous avons utilisé pour la première fois un carénage en fibres de carbone. Tout en bénéficiant des avantages de ce matériau, comment faites-vous ressortir un sentiment semblable à celui que la moto dégage (ndlr: la solidité?) tout en la gardant légère? Cela était le point le plus délicat.
En particulier, avec la peinture, nous nous sommes appliqués à reprendre le même système de peinture que celui des motos de course. Par exemple, les carénages des motos de série reçoivent normalement une sous-couche de couleur, ce qui n’est pas le cas ici, tout comme sur les motos de course. Nous avons donc eu besoin de masquer chaque moto plusieurs fois  pour obtenir le même résultat. Tous ses petits points font une grand différence pour économiser du poids sur le produit fini.
En construisant la moto suivant le même procédé que celui des motos de course, nous distillons les mêmes valeurs. »

Qu’est-ce qui a demandé le plus d’attention?

« L’absence totale de liberté de design. Construire tel que la moto de course est. Conserver la même forme autant que possible. Si vous regardez de près, il y a des différences, mais on dirait vraiment la même. Comment pouvait-on la rendre aussi semblable que possible? Cela a été le plus difficile.
On a fait des suggestions en disant « cela paraît mieux » mais on a m’a dit « non, cela ne l’est pas. La façon dont la moto de course est construite est ce qui la rend rapide donc vous devez faire pareil ».
Nous savons eu ce genre de discussions de nombreuses fois. »

 Quels problèmes avez-vous rencontrés en dessinant les éléments qui ne figurent pas sur la RC213V?

« On voulait faire les éléments lumineux aussi petits que possible. Par exemple, les phares auraient eu l’air parfaits s’ils avaient pu rentrer dans les conduits d’air. Donc, on n’a fait aucun design sur les phares. Je me suis également assuré que le bloc arrière soit le plus petit possible et amovible. Il ya des éléments en carbone autour à l’arrière, et les laisser visibles augmente l’attractivité de la moto.
Normalement, sur les motos de série, les rétroviseurs sont montés sur le carénage, mais les motos de course n’en ont pas! Nous voulions conserver cette apparence de la moto donc nous avons dû les monter aux bouts des guidons. »

Le style reprenant le drapeau japonais…

« La décoration tricolore a une grande histoire. Elle a été utilisée sur les motos quand le HRC a été créé. Le rouge symbolise la passion pour la victoire alors que le bleu correspond à du matériel technologique. Le blanc représente l’utilisateur, le client. Dans le cas présent, nous avons utilisé le rouge en représentant le drapeau japonais, pour symboliser la sophistication des ouvriers japonais. Cela inclut l’état d’esprit du département Recherches et Développement tout comme la passion de nos ouvriers et de nos constructeurs. La décoration tricolore est celle officielle de nos motos de course, donc nous l’avons utilisée pour cette moto comme couleur d’origine. A part cela, nous la proposons aussi en version carbone non-peinte pour que le client puisse la peindre de la couleur qu’il aime. Officiellement, il n’y a que deux choix. »

A suivre


Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de

Facebook

Applications

Disponible sur Google Play
Disponible sur Apple App Store