Limiter le régime pour réduire les coûts ? Qu’en pensent les constructeurs ?



On le sait, la Dorna a engagé une guerre contre les coûts en MotoGP afin de rendre la catégorie reine plus accessible et donc plus attractive pour les structures de plus petites envergures.

Parmi les idées émises, on retrouve l’introduction d’une limitation du régime moteur aux alentours de 14500 à 15000 tours par minute afin de ramener les blocs des prototypes à un niveau plus proche de celui des moteurs issus de la série, comme par exemple, celui de la BMW S1000RR, utilisé par la CRT de Colin Edwards.

Mike Webb, le directeur technique du MotoGP, fait partie des défenseurs de cette idée. « Il s’agit d’une opinion personnelle, mais je pense qu’une limite du régime est inévitable. C’est, pour moi, le moyen le plus simple de limiter les coûts et les performances.

À l’heure actuelle nous comptons sur la limitation de la capacité en carburant pour contrôler la performance. Mais les usines sont très douées pour exploiter les moteurs et en conséquence, nous avons toujours des motos extrêmement rapides.

Les usines fabriqueront toujours les meilleures motos et les plus rapides, mais ça aiderait les écuries privées à se rapprocher des constructeurs. Je pense que nous avons besoin de limiter le régime des moteurs ».

Voilà pour ce qui est l’avis de la Dorna, mais nous y sommes habitués, l’avis de l’organisateur est rarement partagé par les constructeurs et la limitation du régime ne fait pas exception à la règle.

Lin Jarvis, team manager de Yamaha : « Si vous voulez réduire les coûts, une des façons est peut être simplement de réduire le nombre de tours des moteurs, mais cette restriction n’aura pas le même impact sur les différents ​​constructeurs en fonction de la technologie utilisée.

Nous devons attendre de voir si cette idée sera mise en place ou non, et quel en sera le niveau ».

Si, chez Yamaha, on trouve que l’idée peut être discutée, en revanche, chez Honda, on la trouve plutôt inutile.

Shuhei Nakamoto, vice-président du HRC : « Si nous devons limiter le régime de notre moteur à 14000 tours, la perte maximale sur le temps au tour serait de 0,1 seconde. Ce qui ne fait aucune différence ».  

Quant à Ducati, l’idée de Filippo Preziosi est claire ; si limiter le moteur à 14000 tours est un bon moyen de réduire les coûts, c’est aussi et surtout un bon moyen pour ôter l’intérêt des constructeurs à rester dans ce championnat. «La question est de savoir si vous êtes intéressés à courir dans un championnat dans lequel la limite de régime est si faible qu’un moteur standard de production est bon pour la course. Quel est l’intérêt du constructeur ? » 

On le voit, l’idée de Mike Webb est loin de faire l’unanimité. A force de voir toutes ces propositions de la Dorna être taillées en pièces par les constructeurs, on se demande si les CRT n’auront pas, au final, pour seul mérite, de contraindre les constructeurs à baisser le prix des leasings.

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Source : MCN 

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de