Dovizioso : « Stoner ? Ce n'est pas que Casey vient quand il veut et fait ce qu'il veut »



Le début de saison de Ducati n’a pas été aussi idyllique que ce que les pilotes auraient pu l’imaginer. D’abord parce qu’ils sont restés assez loin des chronos des pilotes Yamaha et Honda, voire Suzuki à Philip Island, ensuite parce que les pilotes des écuries privées se sont payer leur scalp (avec la GP15 et la 14.2) et enfin parce que leur belle-mère, Casey Stoner, s’est offert le luxe de revenir après deux belles années d’absence pour leur ravir la première place des pilotes de Borgo Panigale à Sepang.

Pourtant hier, Andrea Dovizioso, le plus chevronné d’entre eux, s’est voulu rassurant en répétant devant la presse qu’il n’y avait pas de syndrome Stoner et que si les essais des Desmo 16GP n’avaient pas été enthousiasmants de l’extérieur, ils ne reflétaient pas le réel potentiel de la petite dernière des rouges.    

De l’extérieur, il ne semble pas que les deux premiers essais se soient déroulés correctement?

«Je crois être une personne réaliste et je suis optimiste car en Australie j’avais un feeling positif. Si vous regardez les chiffres on pourrait ne pas tenir compte de nous mais ils ne reflètent pas la réalité. Et puis, la situation a tellement changé que faire des prévisions maintenant, ça ne sert à rien. Les tests doivent être interprétés. Il y a les chronos, le rythme de course mais il y a aussi les pilotes et tout le monde fonctionne différemment et c’est à la lumière de ça que les résultats doivent être interprétés. Je suis beaucoup plus serein que ce qu’il n’a semblé en ce début de saison ».

Mais sur l’équipe plane le fantôme Stoner. Il était le plus rapide en Malaisie…

« La situation chez Ducati est claire! Ce n’est pas que Casey vient quand il veut et fait ce qu’il veut. Par la suite, il y aura peut-être des changements, mais pas ingérable. Ce n’est pas que tout peut arriver. Ce n’est pas déstabilisant comme cela a été dit…. »

Mais il est vrai que son nom a bouleversé le marché des pilotes.

« Dans ce monde, ça fonctionne comme ça. Il n’y aura pas que Stoner, il y a aussi Lorenzo. Mais me préoccuper des autres est inutile. Si je roule fort, je pourrai aussi faire le marché, donc je dois réussir ».

Et le danger que Stoner puisse fournir des informations utiles peu compatibles avec les vôtres ?

« Les mecs, moi, Stoner je sais comment il fonctionne et qui il est. Nous avons également travaillé ensemble chez Honda. Je suis dans une situation que je connais, je ne me fais pas toute cette paranoïa. J’ai mes idées et j’évolue en conséquence ».

Cependant, à Phillip Island, l’avoir dans le box a été utile?

«Il est allé sur la piste et nous a donné quelques conseils après avoir vu les trajectoires et l’agressivité des pilotes, les nôtres et celles des autres. Mais il n’est pas venu pour nous dire « vous devez faire ceci ou cela ». Il sait qu’il doit venir et dire: « j’ai vu ça ». Ensuite, c’est à nous de l’interpréter ».

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de