Qatar, Moto2 : un vainqueur et de nombreux perdants



Le tournant de cette première course Moto2 de la saison s’est produit alors que le départ n’avait pas encore été donné. À quelques centièmes de seconde de l’extinction des feux, plusieurs pilotes bougent sur la grille et se trouvent pénalisés. Parmi eux : Alex Rins, Marcel Schrötter, Takaaki Nakagami, Robin Mulhauser, Sam Lowes… et Johann Zarco !

Un Grand Prix du Qatar décidément maudit pour le français, déjà malheureux en 2015 suite à un problème sur sa machine. Devant, le poleman Jonas Folger a réalisé le holeshot et pousse aussi fort que possible pour prendre ses distances. C’était apparemment trop fort puisque la course de l’allemand, vainqueur l’an dernier, s’arrête prématurément au second tour après une perte de l’avant.

Des événements dont les heureux bénéficiaires se nomment Thomas Lüthi et Franco Morbidelli, qui se retrouvent seuls en tête. Si le suisse semble avoir un léger avantage avec sa machine, son rival italien n’en a cure et lui dispute des commandes dont il s’empare finalement. Derrière, la lutte pour la dernière marche du podium s’engage entre son compatriote Simone Corsi et l’allemand Sandro Cortese.

À 6 tours du drapeau à damiers, la stupeur s’empare des paddocks : pour un départ volé, Morbidelli et Cortese (à la bagarre pour les meilleures positions !) risquent eux aussi d’être pénalisés. Si les pilotes sont extrêmement rapides, ce n’est pas le cas de la direction de course qui a mis presque une demi-heure à s’en rendre compte.

Passé en tête à l’entame de l’ultime boucle, Lüthi roule à la limite mais son adversaire ne lâche pas sa roue arrière. Malgré une bonne aspiration à la sortie du dernier virage, le pilote Marc VDS s’incline pour 47 petits millièmes. Quant à la troisième place, elle revient au finish à un surprenant Luis Salom remonté comme un boulet de canon sur le duo Corsi-Cortese.

À l’arrivée, Morbidelli et Cortese prennent finalement 20 secondes de pénalité. Une décision qui risque de faire couler beaucoup d’encre : pourquoi les officiels ont-ils mis autant de temps à se rendre compte d’un fait que même les spectateurs avaient remarqué ? Pourquoi avoir laissé des pilotes prendre des risques aussi considérables pour des places qu’ils n’auraient pas ? Quelle légitimité accorder à des sanctions qui diffèrent selon les cas ? Que se serait-il passé si Morbidelli et Lüthi s’étaient accrochés ?

La victoire du suisse, qui n’avait plus gagné depuis Le Mans 2015, est cependant méritée puisqu’acquise à la régulière. Luis Salom, déjà vainqueur à Losail en Moto3 (2013), fait un heureux second. Simone Corsi retrouve les joies du podium, son dernier remontant au Sachsenring 2014.

Mais le plus étonné des pilotes reste sans aucun doute le malaisien Hafizh Syahrin, 4ème et auteur de son meilleur résultat depuis l’exceptionnelle épreuve de Sepang 2012 (3ème) disputée en wild-card. Meilleur rookie de la course, le champion du monde Moto3 sortant Danny Kent prend la 6ème place pour quelques millièmes derrière le suisse Dominique Aegerter. À noter que Luca Marini, petit frère de Valentino Rossi, score les premières unités de sa carrière (10ème).

Concernant ceux qui ont dû passer par la voie des stands, le mieux classé à l’issue des 40 minutes est Alex Rins (8ème). Johann Zarco sauve les points de la 12ème place. Pour le tricolore, rendez-vous est pris dans 2 semaines en Argentine où une revanche l’attend.

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de