Qatar, MotoGP : Lorenzo n'avait que le marteau aujourd'hui!



Le premier Grand Prix de la saison s’est déroulé avec une telle électricité dans l’air (c’est le cas de le dire) entre les deux équipiers Yamaha que les disputes de couloir avaient failli nous faire oublier l’essentiel…la course.

Le premier rendez-vous de l’année est toujours celui où les tendances de l’hiver se confirment ou s’infirment et cette année encore, nous n’y avons pas coupé mais nous y reviendrons plus tard.

Mais avant de nous lancer dans le résumé de la course, attardons nous un peu sur le choix de pneus des pilotes.

Lorenzo chaussait un dur à l’avant et un tendre à l’arrière, Dovizioso avaient un tendre à l’avant un tendre à l’arrière tandis que Rossi et Marquez choisissaient de monter un dur à l’avant et un médium à l’arrière.  

C’est Jorge Lorenzo, le poleman, qui bondissait avec le plus de promptitude pour signer le « hole shot ». Dans sa roue, on retrouvait Iannone et Dovizioso et, juste un rien plus loin, Rossi qui gagnait une place et Marquez qui en perdait trois.

Derrière ces hommes, il n’aura pas fallu longtemps à Pedrosa et Viñales pour se faire décramponner. Ils termineront loin derrière.  

La course s’animait dès la fin du premier tour lorsque Lorenzo voyait deux missiles rouge et blanc passer de part et d’autre de sa Yamaha.

La hiérarchie provisoire s’établit et on retrouve Iannone devant Dovizioso, Lorenzo, Rossi et Marquez qui passera d’ailleurs l’Italien au tour suivant.

A dix-sept boucles de l’arrivée, Dovizioso sort bien du dernier virage et au prix d’un gros freinage, il passe, en bout de ligne droite, un Andrea Iannone qui ne s’y attendait visiblement pas.

Malheureusement pour lui, il n’entendait pas passer la course derrière son équipier et plutôt que de le laisser passer il décidait de réattaquer de suite tout en manquant d’ailleurs de le faire chuter.     

Dans la même boucle, Dovizioso réattaquait son équipier, qui voyait rouge, et perdait l’avant de sa machine quelques virages plus loin.

Un beau gâchis pour le pilote Ducati qui s’éliminait tout seul de la course et, on ne le saura jamais, amputait certainement d’une grande partie les chances de Borgo Panigale de retrouver la plus haute marche du podium.

Au même moment ou presque, Cal Crutchlow chutait et il était imité par Loris Baz deux tours plus tard.

Devant, les écarts se resserraient entre Dovizioso, Lorenzo, Marquez et Rossi. Mais il était écrit, aujourd’hui, que Lorenzo serait intouchable. Que ce soit par Dovizioso, qui devait capituler à 14 tours de la fin, par Marquez qui aura multiplié les petites erreurs qui, au final, lui coûtent même la seconde place ou par Rossi qui n’aura pas su se montrer assez régulier.

Doucement mais sûrement, Lorenzo s’est échappé et signait le record de la piste après 20 tours.

Marquez, de son côté, pensait avoir fait le plus dur lorsqu’à quatre tours de l’arrivée il passait Dovizioso mais c’était sans compter sur la volonté de l’Italien qui, sur la fin de l’avant dernier tour, le repassait.

Rossi, de son côté, produisait un dernier effort pour tenter de revenir sur Marquez et décrocher le droit de monter sur le podium mais en vain. Le vainqueur de l’édition 2015 devra se contenter d’une quatrième position qui reflète finalement assez bien son potentiel du weekend.

Côté confirmation, on citera Lorenzo qui poursuit sur sa lancée de 2015. Propre, rapide, en confiance, le majorquin est tout simplement irrésistible.

On citera aussi la bonne tenue des Ducati sur le circuit de Losail et le retour en grâce de Marquez après des tests compliqués.

On déplorera tout de même ses quelques erreurs car en pilotant de la sorte, il sera compliqué de venir à bout du métronome Lorenzo.

Iannone est un pilote rapide mais inconstant. Sa chute d’aujourd’hui l’a encore démontré.

Rossi a engagé un coach pour l’aider dans sa lutte contre la nouvelle génération et il ne sera certainement pas de trop car aujourd’hui, comme en fin de saison dernière, on a pu remarquer que s’il n’était pas loin des plus jeunes, il avait tout de même du mal à les supplanter.

En revanche, ce soir, nous sommes obligés d’exprimer une petite pointe de déception vis-à-vis des performances de Pedrosa et de Viñales. Bien entendu, le cas s’avère bien plus grave pour le pilote Honda que pour le pilote Suzuki puisque si le premier est loin derrière son équipier, l’autre est bien loin devant.  

Viñales avait déclaré qu’il espérait pouvoir rester au contact mais visiblement, sa Suzuki ne le lui permet pas encore

Et puis on terminera sur une belle découverte avec les pneus Michelin dont la tenue sur la durée de la course a été remarquable ! On rappelle ainsi que Lorenzo signait un cinglant 1.54.927 à 2 tours de l’arrivée…avec un tendre à l’arrière!

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook       

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de