Qatar, Viñales : « la sixième place ? Pas mauvais mais insuffisant »



Il faut bien l’avouer, après une présaison prometteuse et des sessions d’essais libres et qualificatifs qui l’étaient tout autant, la sixième place de Maverick Viñales à Losail, 15 secondes derrière Jorge Lorenzo, est un peu décevante.

Toutefois, on notera tout de même qu’un jour, Carlo Pernat avait déclaré que pour connaître le potentiel réel d’une MotoGP, il ne fallait pas se concentrer sur les prestations du premier pilote mais bien du second.

Selon lui, le premier pilote amène la machine devant celle de son équipier sur sa dose supplémentaire de talent.

Cette déclaration il l’avait faite en 2014 lorsqu’on lui demandait d’apprécier le potentiel de Marquez et de la Honda. Il avait alors déclaré que pour le connaître, il fallait regarder les résultats de Pedrosa.

Si on reprend ce raisonnement, on remarquera que Pedrosa a terminé à plus de 11 secondes de Marquez et que Viñales a conclu 20 secondes devant Espargaro.

Conclusion, Viñales bonifie une Suzuki qui doit encore largement progresser pour offrir la possibilité à l’espagnol de se battre pour les places d’honneur, mais ça, au final et même si je vous ai tenu 30 secondes avec ce raisonnement, nous n’avions pas besoin de la science de Carlo pour le savoir.    

« Au final, une sixième place n’est pas un mauvais résultat, mais ça ne suffit pas. Le week-end entier, j’ai eu un très bon feeling et mon rythme de course était aux environs des 1’55, mais pendant le Grand Prix je n’ai pas pu faire la même chose. Honnêtement, je ne sais pas pourquoi, pendant la course, je n’ai pas pu trouver un bon feeling et je sentais que la moto glissait beaucoup, donc nous avons vraiment besoin de regarder les données et comprendre ce qui a changé et ce qui est arrivé. La chose positive est que pendant l’ensemble du week-end, nous avons été très proches du top. Pendant la course, nous avons peut-être manqué un peu de chance, mais le week-end a été globalement très positif. Je suis impatient d’aller en Argentine et de travailler à nouveau sur ma GSX-RR. Nous avons beaucoup de potentiel. Si nous parvenons à trouver un meilleur grip et finaliser le set-up de la full-seamless, je suis certain que nous nous battrons pour les premières positions. Je dois remercier l’usine et l’équipe, ils font un travail énorme pour me soutenir et je suis sûr que si nous continuons à travailler dur, nous allons trouver la meilleure solution ».

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Photo : Suzuki

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de