Casey Stoner n’est pas prêt pour une pige de trois Grand Prix



Hier, Casey Stoner et Ducati ont officialisé que le fantasme journalistique de le voir rouler en Argentine n’était finalement qu’un fantasme et que le moment n’était pas encore venu de le voir de retour sur les circuits.

A ce sujet, il est important de clarifier deux ou trois petites choses car même s’ils se font moins virulents, les commentaires sur le bonhomme restent parfois un peu désagréables et ce n’est absolument pas justifié.

La première chose, c’est que jamais, au grand jamais, Casey Stoner n’a déclaré qu’il avait envie de remplacer Danilo Petrucci. Ce n’est donc pas la peine de dire qu’il se fait prier, que c’est un caprice ! Tout ça est faux. Lundi déjà (lire ici) il rappelait qu’il avait effectivement voulu remplacer Dani Pedrosa à Austin, en 2015, parce qu’il connaissait la moto.

Seconde chose, qu’aurait-il à gagner en remplaçant Petrucci sur la GP15 de chez Pramac ?

Certains disent qu’une fois de plus c’est un caprice parce qu’il veut rouler uniquement sur la Ducati officielle.  Tout d’abord, on pourrait simplement dire que c’est en effet un privilège que son statut de Champion du Monde peut lui offrir et ensuite, on pourrait également estimer que c’est parfaitement son droit, s’il veut revenir pour une course ou l’autre, d’avoir envie de le faire dans les meilleures conditions.

Enfin mardi, Casey Stoner a roulé au Qatar pour sa seconde journée de tests et il en est visiblement sorti très fatigué. On peut éventuellement y trouver le signe que l’australien n’est tout simplement pas prêt pour disputer un weekend de Grand Prix et, à fortiori, il l’est encore moins pour effectuer une pige de trois Grand Prix (Argentine, Austin, Jerez).   

« Ce n’était pas mauvais, mais je suis épuisé. Je suis resté longtemps en piste, même si les conditions n’étaient pas parfaites. Il a plu un peu, mais l’asphalte est resté sec jusqu’à la fin et j’ai eu assez de temps pour terminer le programme de travail.

Enfin, j’ai pu parcourir quelques tours sur la Desmosedici GP et je l’ai trouvé différente de la GP15. J’aurais aimé disposer de deux jours supplémentaires pour essayer la moto à fond, mais je suis content des 56 tours accomplis. J’ai essayé beaucoup de choses, certaines négatives et d’autres positives, nous sommes content de la direction que nous avons prise ».

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de